Alors que les Sénateurs d'Ottawa entame le second tour des séries éliminatoires contre les Rangers de New York, jeudi à 19 h, le Centre Canadien Tire n'affiche pas complet. Un manque d'engouement que le directeur général de l'équipe, Pierre Dorion, a lui aussi noté.

Au moment d'écrire ces lignes, une centaine de billets étaient encore disponibles pour le match de jeudi soir.

À savoir si l'enthousiasme pour les Sénateurs en séries éliminatoires pourrait repartir, Pierre Dorion, a reconnu que l'analyse était bonne.

« Peut-être que les gens ne croient pas encore en nous à 100 %. [...] Peut-être qu'ils veulent voir ce qu'on va faire contre les Rangers », a-t-il avancé, en entrevue à l'émission Les Matins d'ici.

Un parcours de combattant

Revenant sur le parcours de son équipe, Pierre Dorion s'est félicité des prouesses des joueurs.

« Beaucoup de gens ne s'attendaient pas à ce qu'on fasse les séries pour commencer », a-t-il fait remarquer. Il a ajouté que certains joueurs avaient atteint un sommet et qu'il fallait miser sur un travail d'équipe « psychologiquement » pour poursuivre cette ascension.

« Si vous venez voir le match, vous allez voir quelque chose d'excitant ce soir », a-t-il promis. « On a un excellent entraîneur, je sais que l'équipe va être prête. »

Le défi est lancé

Par ailleurs, le maire d'Ottawa, Jim Watson, a déjà ouvert les paris avec son homologue new-yorkais, Bill de Blasio.

Si l'équipe adverse remporte la deuxième ronde, le maire perdant portera le chandail des gagnants et offrira un arbre à la Municipalité championne.

Le pari comprend également un volet alimentaire, puisque Bill de Blasio s'engage à envoyer à Ottawa des bagels de New York si les Rangers s'inclinent, et Jim Watson, des pâtés impériaux du Golden Palace si les Sénateurs perdent.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine