Retour

Phase 2 du train léger : des élus d'Ottawa se réjouissent de la promesse de financement fédérale

Le gouvernement fédéral promet de financer la phase 2 du train léger d'Ottawa à hauteur de 1 milliard de dollars, soit le tiers de la facture. Des membres du conseil municipal se réjouissent de cette bonne nouvelle, mais certains soupçonnent le gouvernement de faire cette annonce en prévision des élections, prévues cet automne.

Cette phase prévoit, en 2023, le prolongement du futur train jusqu'à la station Place d'Orléans dans l'est de la ville, à la station Bayshore dans l'ouest et jusqu'au chemin Bowesville, au sud.

« Une fois qu'Orléans va recevoir le train léger, vous allez voir un agrandissement du développement économique », prédit le maire suppléant à la Ville d'Ottawa, Bob Monette.

Le président de la Commission de transport en commun de la Municipalité, Stephen Blais, souligne pour sa part que cela permettra de « connecter toute la ville ».

Il croit aussi que la phase 2 du projet engendrera moins de pollution et moins de circulation, tout en offrant aux citoyens de réduire la durée de leur trajet dans les transports en commun.

De l'opportunisme politique pour certains

Le député libéral de la circonscription fédérale d'Ottawa-Vanier, Mauril Bélanger, invite les citoyens à la prudence.

Selon lui, la lettre envoyée à Jim Watson par le député fédéral conservateur d'Orléans, Royal Galipeau, n'est rien d'autre qu'une promesse de campagne.

« Il faudrait qu'il y ait une lettre officielle d'un ministre responsable ou du premier ministre, ce qui n'est pas le cas », rappelle-t-il.

Le principal intéressé se défend, pour sa part, d'avoir tenté une manœuvre électoraliste.

« Ce n'est pas dans le cadre d'une campagne électorale que nous avions établi le cadre financier, mais lors du dernier budget fédéral », indique-t-il, afin de clore le débat.

Quoi qu'il en soit, les citoyens d'Orléans, à qui Radio-Canada a parlé, sont d'avis que le prolongement du futur train léger devrait plutôt se faire jusqu'à la station Trim, dans un secteur où les développements résidentiels sont en explosion.

La Ville étudie ce scénario, tout en précisant qu'il faudrait plus de fonds pour le concrétiser.

D'après un reportage d'Angie Bonenfant

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête effrayante en Hongrie





Rabais de la semaine