Retour

Phénix : des employés obligés de piger dans leurs banques de congés

Des employés de la Défense nationale se sentent obligés de piger dans leurs banques de congés pour dénoncer les problèmes avec le système de paye Phénix.

Un texte de Laurie Trudel

Une dizaine d'employés de la Défense nationale de Montréal ont pris congé pour effectuer une occupation pacifique dans les bureaux de circonscription de Justin Trudeau, hier. Ils dénoncent les retards et les problèmes avec leurs chèques de paye. Des problèmes qui durent depuis plusieurs mois.

Ces employés en ont assez d'attendre. Ils ont voulu prendre les choses en main. Mais cela ne peut pas se faire durant leurs heures de travail.

En juillet dernier, une cinquantaine d'employés du 202e Dépôt d'atelier de la Défense nationale s'étaient rendus dans les bureaux de leurs supérieurs pour demander des explications sur Phénix.

Ils ont ensuite reçu une lettre de leur supérieur, dont Radio-Canada a obtenu copie.

Un commandant leur a mentionné qu'il avait de l'empathie pour les employés aux prises avec des problèmes de paye, mais que des activités concertées sur le lieu de travail, durant les heures de travail et sans permission étaient inacceptables.

Il a ajouté que des mesures administratives ou disciplinaires seraient prises si d'autres événements concertés non autorisés ou illégaux se répétaient.

Ces fonctionnaires ont tout de même tenu à prendre de leur temps pour dénoncer les problèmes de paye.

L'attitude du gestionnaire a été dénoncée par l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC).

« Je trouve ça déplorable. Je me désole du fait qu'un gestionnaire n'est pas capable de traiter avec des employés qui ont monté à son bureau pour indiquer leur mécontentement, leur colère et leur frustration par rapport à une chose qui est d'importance primordiale », a déploré Larry Rousseau, vice-président directeur régional de l'AFPC.

« Moi, si j'avais été le gestionnaire en question, j'aurais accueilli les employés, je les aurais assis autour d'une grande table et on aurait discuté, on aurait répondu aux questions, on aurait indiqué ce qu'on est capables de faire et ce qu'on n'est pas capables de faire. C'est tout ce que les employés voulaient entendre! » a poursuivi le vice-président.

Justin Trudeau rencontre les employés de la Défense nationale

L'action de dénonciation d'hier des employés de la Défense nationale semble avoir porté fruit.

Après une bonne heure d'attente aux bureaux de circonscription de Justin Trudeau, les syndiqués disent avoir eu droit à un entretien téléphonique avec le chef de cabinet de la ministre Judy Foote, responsable du dossier Phénix.

Et à leur grand étonnement, ils ont aussi pu rencontrer le premier ministre Justin Trudeau, en fin d'après-midi, pour une quinzaine de minutes. Une information que Radio-Canada a pu confirmer.

« Rencontrer M. Trudeau, ç'a vraiment été une grande surprise », a soutenu Simon Richard, un employé qui a pris part à l'occupation pacifique. « Au niveau de l'action qu'on voulait porter, on ne pouvait pas aller plus loin au niveau de l'impact! »

Selon les syndiqués, le premier ministre aurait reconnu les torts de son gouvernement dans la gestion du dossier Phénix, bien qu'il ait précisé que c'est l'ancien gouvernement qui avait pris la décision de mettre ce système de paye en place.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un sanglier est coincé sur un lac gelé





Rabais de la semaine