Retour

Pierre Dorion estime avoir payé un prix raisonnable pour Matt Duchene

Le directeur général des Sénateurs, Pierre Dorion, s'est montré satisfait d'avoir pu acquérir le convoité joueur de centre Matt Duchene sans avoir touché aux espoirs les plus prometteurs de son organisation. Duchene, pour sa part, a affirmé être soulagé que cette saga soit derrière lui.

Le DG a présenté sa toute nouvelle acquisition aux médias ottaviens lundi matin.

Bien qu'il ait laissé filer Kyle Turris dans la transaction, son centre le plus productif des cinq dernières années, Dorion a assuré avoir un meilleur club sous la main.

« On vient d’ajouter un attaquant d'élite à notre équipe. Quelqu'un qui a été membre de l’équipe canadienne olympique qui a remporté la médaille d'or. On ne pense pas que le prix était trop élevé. On sait qu’il améliore notre équipe dès maintenant », a lancé Dorion, avant d'ajouter que « le futur, c'est maintenant ».

Outre Turris qui rejoint les rangs des Predators de Nashville, les Sénateurs ont envoyé au Colorado leur premier choix du dernier repêchage de la LNH, Shane Bowers, sélectionné au 28e rang, le gardien Andrew Hammond, qui touchait 1,3 million de dollars pour jouer avec les Sénateurs de Belleville dans la Ligue américaine, et leurs choix de premier tour en 2018 et de troisième tour en 2019.

On savait Joe Sakic, le directeur général de l'Avalanche, exigeant dans le dossier Duchene. Dorion s'est surtout félicité d'avoir conclu cet échange sans toucher à Thomas Chabot, Colin White, Logan Brown et Alex Formenton, entre autres.

Les deux hommes s'étaient d'ailleurs parlé pour la première fois du joueur à la toute première présence de Dorion à la table des directeurs généraux de la LNH, au repêchage à Buffalo, en 2016.

« Je lui avais dit, si jamais tu penses à échanger Duchene, passe-moi un coup de fil », a-t-il expliqué.

Les Sénateurs ont bien failli mettre la main sur Duchene 48 heures plus tôt, mais la transaction a finalement avorté, Dorion évoquant des tractations plus complexes dans le cadre d'un échange à trois partenaires.

Un avion attendait même la jeune vedette à Philadelphie vendredi soir, prêt à s'envoler pour Ottawa. Duchene sera finalement parti en plein milieu du match de l'Avalanche contre les Islanders, dimanche, ce qui n'a pas manqué de rappeler le départ de Mike Cammalleri de Montréal en 2012.

La fin d'une longue attente pour Duchene

La transaction met fin à une interminable saga qui a duré près d'un an et qui aura été pour Duchene « ce qu'il a vécu de plus difficile ».

L'Ontarien a demandé à Joe Sakic de l'échanger l'an dernier, mais ne se doutait pas qu'il aurait à attendre aussi longtemps.

« Je sais que si je peux passer à travers ça, je peux passer à travers n’importe quoi », a lancé le jeune homme de 26 ans, qui a grandi à trois heures de route de la capitale canadienne, à Haliburton.

« On a connu une année horrible l’an passé, et je voyais venir la reconstruction. J’ai souvent fait partie de ce genre d'équipe avant. Je ne pouvais juste plus le faire. J’ai joué 8 matchs en séries dans ma carrière, et ce n’est pas ce que je veux », a-t-il ajouté.

Le numéro 9 étant déjà pris par Bobby Ryan, Duchene a choisi le 95, une juxtaposition des deux numéros qu'il a arborés pendant son parcours dans le hockey mineur.

Il renouera avec ses anciens coéquipiers dans le cadre d'un programme double entre l'Avalanche et les Sénateurs, disputé à Stockholm, en Suède, vendredi et samedi.

Duchene en terrain connu

Le nouveau joueur des Sénateurs a été bien accueilli à son premier entraînement avec sa nouvelle équipe. Matt Duchene a même trouvé le moyen de faire gagner son équipe avec le but de la victoire, lors d'un exercice à trois contre trois à la fin de la séance lundi matin. Il faut dire que Duchene arrive en terrain connu à Ottawa.

Le joueur de centre de 26 ans a déjà été le coéquipier du gardien Craig Anderson au Colorado.

« Il jouait sa première saison à l'époque et il est arrivé avec beaucoup d'énergie et beaucoup d'habiletés. Matt était surprenant comme joueur de hockey », se souvient le gardien américain.

Selon lui, le no 95 devrait facilement s'adapter avec les Sénateurs.

« Nous avons une ville très accueillante et positive avec les nouveaux joueurs. Il va très bien se fondre dans l'équipe et c'est une question de temps avant qu'il nous montre ce dont il est capable. »

Matt Duchene a notamment côtoyé Mark Stone et Derick Brassard sur l'équipe nationale aux Championnats du monde l'an dernier.

Les joueurs n'ont pas été surpris d'apprendre l'échange en raison des nombreuses rumeurs qui circulaient dernièrement.

« On en entendait parler depuis un certain temps, surtout sur les réseaux sociaux. Ce n'était pas plaisant pour Kyle (Turris) qui a une famille avec trois enfants. Il était très apprécié dans notre chambre », souligne Derick Brassard, attristé du départ de Turris. Le Gatinois est toutefois d'avis que son équipe a mis la main sur un excellent joueur de hockey.

« J'ai vécu des transactions deux fois. Ça va lui prendre une période d'adaptation, surtout avec notre système, mais il va s'ajuster et on s'attend à ce qu'il joue son match. C'est un joueur dominant dans cette ligue », ajoute Brassard.

L'entraîneur Guy Boucher de son côté croit que le nouveau venu trouvera sa place rapidement dans sa formation.

« J'ai coaché Matt Duchene. Il a gagné l'or à tous les niveaux. Il est capable de prendre la pression et est excellent dans les environnements restreints. C'est un joueur qui a beaucoup de rapidité. Il sort du coin et coupe rapidement au filet, il est capable de payer le prix », conclut Boucher.

Les exigences de Kyle Turris

Pierre Dorion est brièvement revenu sur les négociations ratées entre les Sénateurs et le clan Turris.

Au départ, les deux parties semblaient faites pour se comprendre, puisque Kyle Turris n'a jamais caché son envie de demeurer à Ottawa. Il aura finalement obtenu un contrat d'une durée de six ans avec les Predators, « ce qui n'a jamais été sur la table » pour les Sénateurs, selon Dorion.

Le joueur de centre de 28 ans exigeait plutôt une entente d'une durée de sept ou huit ans.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine