Retour

Plaines LeBreton : le processus de décision de la CCN critiqué par DCDLS

Le groupe Devcore-Canderel DLS, dont la candidature n'a pas été privilégiée pour développer les plaines LeBreton, se pose de sérieuses questions quant au processus de sélection suivi par la Commission de la capitale nationale (CCN).

Dans une lettre envoyée par ses avocats, dont Radio-Canada a obtenu copie, le groupe DCDLS remet en question la décision d'accorder la première place au groupe rival RendezVous LeBreton, dont fait partie le propriétaire des Sénateurs d'Ottawa, Eugene Melnyk.

Le groupe perdant estime que l'offre retenue par la CCN ne répondrait pas aux critères demandés par la commission.

« La proposition de l'équipe RendezVous n'a pas respecté le mandat de fournir des éléments "d'envergure nationale", ce que vous avez publiquement demandé pour chacun des projets [traduction libre] », souligne par courriel un avocat représentant DCDLS.

Daniel Peritz, le premier vice-président chez Canderel, un des partenaires du consortium DCDLS, se désole de croire que l'option de l'aréna incluant une équipe de hockey de la LNH aurait pu faire pencher la balance du côté du comité d'évaluation.

« Si la raison d'être de leur projet est un aréna, faut se poser bien des questions. Si elle ne se matérialise pas, on va se retrouver avec quoi ? Nous notre projet c'était beaucoup plus que ça. »

« On s'est posé la question : "avec notre projet sur lequel on a visé plus de 50 % d'utilisation des terrains pour des projets publics [...], comment ils [la CCN] sont arrivés à cette conclusion?" », enchaîne le vice-président.

DCDLS veut également voir la pondération que la CCN a donnée à chacune des propositions.

Par ailleurs, le groupe soulève des doutes sur la façon dont l'annonce du gagnant a été faite, jeudi dernier.

La CCN devait parler du projet qui s'était démarqué. Or, selon Devcore-Canderel, le message qui a été envoyé était celui d'un couronnement.

Les avocats de DCDLS croient aussi que la CCN aurait passé sous silence des rencontres publiques que le groupe RendezVous LeBreton aurait tenu après l'imposition d'un huis clos.

Finalement, le goupe perdant veut s'assurer que RendezVous LeBreton ne négocie pas avec les partenaires choisis par DCDLS.

La CCN s'empresse de répondre

Sur Twitter, il n'a fallu que quelques minutes après la publication de la lettre de DCDLS pour que la CCN réplique.

La commission comprend la déception de DCDLS, mais rappelle que RendezVous LeBreton a obtenu un plus haut pointage. « L'ensemble du processus a été supervisé pour assurer une équité. Ils [les superviseurs] ont jugé que le processus était équitable, impartial et transparent. »

Si aucun accord n'est entériné avec RendezVous, des négociations avec DCDLS pourront être entamées, explique la CCN.

Rappel du projet

Un comité d'évaluation a recommandé à la CCN, jeudi dernier, d'aller de l'avant avec le projet Illumination LeBreton, approuvé par les membres du conseil d'administration.

Le projet prévoit la construction d'un nouveau domicile de 18 000 places pour les Sénateurs d'Ottawa. Le Sensplex comprendrait deux patinoires de taille conforme pour la Ligue nationale de hockey (LNH), selon les plans des promoteurs.

Axé sur un ensemble résidentiel, Illumination LeBreton prévoit aussi la construction de plus de 4000 logements. Le projet compte également deux hôtels, de nombreux commerces ainsi qu'une grande bibliothèque.

Le dossier est piloté par le consortium RendezVous LeBreton, dont font aussi partie l'homme d'affaires gatinois Gilles Desjardins, fondateur de Brigil, et Jeff Westeinde, de Windmill Development.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine