À 38 ans, Yann Arnaud est le plus âgé des 53 artistes séjournant à Gatineau pour la tournée Volta. Son parcours est jonché d'acrobaties professionnelles qui l'ont mené à joindre le Cirque du Soleil.

Un texte de Christelle D'Amours pour Tout inclus

La carrière de Yann Arnaud au Cirque du Soleil a débuté en 2003 à Las Vegas pour le spectacle O où il est demeuré pendant deux ans. Il a ensuite participé à TOTEM après avoir quitté le Cirque du Soleil durant cinq ans pour une autre compagnie.

Malgré quelques allées et venues, alternant entre diverses compagnies, l’acrobate est retourné à ses anciennes amours en intégrant la troupe Volta en septembre 2016. Après sept mois de création, la tournée a débuté au printemps 2017.

Difficile, la vie d’athlète

L’acrobate œuvre dans le monde du spectacle depuis une quinzaine d’années, mais compte à son actif près de 28 ans d’expérience comme athlète.

Originaire de Paris, Yann Arnaud a fait ses débuts dans le monde du sport compétitif en gymnastique. Il y a découvert très tôt la nécessité de faire des sacrifices pour briller.

Dès l’âge de dix ans, il s’entraînait vingt heures par semaine en plus d’aller à l’école. « Au lieu d’aller jouer avec les copains j’étais à la salle de gym quand j’étais jeune et c’était ça mes après-midi, cinq ou six jours par semaine », se rappelle-t-il.

L’objectif à l’époque, c’était de participer aux Jeux olympiques. Après s’être entraîné durant quatre ans, il a intégré l’équipe olympique de la France où il s’est préparé durant cinq ans.

Le circassien des anneaux

Yann Arnaud apparaît sur scène dans deux numéros différents de Volta où il présente ses spécialités :

  • Les anneaux suisses : des anneaux au bout desquels l’athlète se balance le plus haut possible et réalise des sorties acrobatiques pour atterrir sur des tapis
  • Le « solo spin » : un anneau auquel est accroché l’acrobate, qui doit tourner le plus vite possible sur lui-même

M. Arnaud apparaît aussi à quelques reprises dans des rôles d’animation, de personnages muets et même de danses chorégraphiées. Il change de costume trois fois durant le spectacle.

Un revirement de carrière déterminant

En début de carrière, Yann Arnaud a dû diminuer ses activités sportives en raison de problèmes au dos. Il s'est ensuite consacré à l’entraînement des jeunes à la gymnastique.

À cette époque, quelques-uns de ses amis débutaient dans le monde du spectacle et c’est ce qui lui a donné envie d’essayer.

Il a fait ses débuts sur la scène dans Tarzan : La rencontre, un spectacle produit près de chez lui à Disneyland Resort Paris. « J’étais un petit singe. C’était marrant! C’est là que l’amour de la scène s’est révélé », dit-il.

Il a ensuite quitté sa France natale pour se consacrer à la vie de tournée alors qu’il était seulement dans le début vingtaine.

« J’ai quitté la France il y a une quinzaine d’années et je ne suis jamais revenu. Je ne pense pas que je vais revenir un jour », affirme-t-il. Il soutient que le monde du cirque ne fonctionne pas aussi bien en France qu’ailleurs dans le monde.

Pour l’amour de la scène

Ce qu’il aime le plus de la vie de tournée, c’est l’interaction le public.

« La sensation avec le public : donner et recevoir. Et les yeux des enfants surtout. Il y a de bons contacts qui se font avec les enfants, c’est vraiment magique », dit-t-il avec un grand sourire.

Pour l’avenir, Yann Arnaud envisage de conserver ce lien avec le public le plus longtemps possible.

« Tant que je peux rester sur scène, je resterai sur scène. Si je peux rester jusqu’à 50 ans, 60 ans, je resterai », affirme-t-il.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une crampe musculaire vraiment intense





Rabais de la semaine