Retour

Plus de 2 Ontariens meurent chaque jour d’une surdose d'opioïde

Le nombre de morts liées aux opioïdes en Ontario a presque quadruplé en 25 ans, si bien que plus de deux Ontariens en meurent quotidiennement, selon un nouveau rapport.

Les chercheurs appartenant au réseau Ontario Drug Policy Research Network indiquent que le nombre de décès était de 734 en 2015 comparativement à 144, en 1991.

Le rapport précise que l’oxycodone était le principal responsable jusqu’en 2012, lorsque le fabricant du puissant antidouleur a lancé un comprimé ultrarésistant que les toxicomanes ne pouvaient plus écraser et s’injecter comme avant.

Toutefois, les toxicomanes se sont tournés vers d’autres médicaments encore plus dangereux dans certains cas, comme le fentanyl, remarque la chercheuse Tara Gomes de l’Hôpital St. Michael’s de Toronto.

Autres faits saillants du rapport :

  • Plus de 80 % des surdoses mortelles d'opioïdes en 2015 étaient accidentelles, les autres morts étant des suicides.
  • Près de 60 % des victimes avaient de 15 à 44 ans, la plupart étant des hommes.
  • Dans le cas des surdoses liées à des suicides, près des 80 % des victimes avaient 45 ans et plus, la majorité étant des femmes.

Plus de morts que sur les routes

Le nombre de morts liées aux opioïdes dépassent maintenant celles sur les routes en Ontario.

Ainsi, il y a eu 676 surdoses mortelles en Ontario, alors que les accidents de la route ont coûté la vie à 481 Ontariens.

« Ça illustre à quel point le problème est répandu dans notre société », souligne la chercheuse Gomes.

Elle recommande une série de mesures, incluant :

  • Changer les pratiques des médecins, en matière de prescriptions pour éviter que leurs patients ne deviennent dépendants.
  • Aider davantage les toxicomanes à se débarrasser de leur dépendance.
  • Ouvrir des sites d'injection supervisée.
  • Accroître l'accès à des traitements comme la naloxone.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine