Retour

Politique d’habitation de Gatineau : l'APCHQ émet des réserves

L'Association provinciale des constructeurs d'habitations du Québec (APCHQ), section Outaouais, a émis lundi des réserves face aux orientations de la Ville de Gatineau en matière de logement.

Une vingtaine de personnes ont participé à la consultation publique sur la nouvelle politique d'habitation de la Ville, qui souhaite faire face aux nouveaux défis en matière de logement.

Le directeur général de la section Outaouais de l’APCHQ, Benoît Mottard, est l'une de ces personnes. Son organisme craint que la Ville exige des nouveaux projets d’habitation qu'ils soient constitués à 15 % de logements abordables, tel que mentionné lors d’une rencontre de la commission sur l’habitation l’été dernier.

« Ça va compromettre la rentabilité de projets », explique M. Mottard. Ce dernier demande à la Ville de favoriser une politique moins radicale.

La Ville se veut rassurante

De son côté, la conseillère municipale Myriam Nadeau, présidente de la Commission permanente sur l'habitation, tente de se faire rassurante.

« Tout ça reste à définir », explique Mme Nadeau. « Et c’est dans ce dialogue-là qu’on veut s’engager. Est-ce que ça va être 15 %, est-ce que ça va être plus? Est-ce que ça va être moins? […] Tout est ouvert à la discussion. »

La conseillère se dit en mode écoute. Il s’agit « de s’assurer que les offres qu’il y a pour certains groupes répondent à la diversité des styles de vie que les gens ont », souligne Mme Nadeau.

On veut s’assurer que les moyens qui seront mis en œuvre seront les plus porteurs possible.

Myriam Nadeau, conseillère du district de Pointe-Gatineau et présidente de la Commission permanente sur l'habitation

La Ville doit aussi se soucier de l’environnement urbain, en pensant à la densité de la population et à la proximité des services, affirme l’élue. « Où est-ce qu’on va faire croître la population à Gatineau, aussi? [Ça va] au-delà de juste le toit qu’on a au-dessus de la tête, le milieu de vie qu’on veut et la qualité de vie qu’on recherche. »

En tout, onze groupes et organismes ont déposé des mémoires. L'organisme Vivre en Ville, qui fait la promotion des collectivités viables, a notamment présenté des recommandations. Il veut que la ville tienne compte du rôle de l'habitation dans la lutte contre les changements climatiques.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine