Retour

Portrait des candidats à la présidence de la FCFA

Les membres de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) doivent choisir leur prochain chef samedi, à Ottawa. La présidente sortante, Sylviane Lanthier, devra défendre son bilan devant l'Albertain Jean Johnson pour tenter d'obtenir un second mandat. Portrait des deux candidats en lice.

Un texte de Yasmine Mehdi

L'actuel président de l'Association canadienne-française de l'Alberta (ACFA), Jean Johnson, a annoncé en mai dernier qu'il briguerait la présidence de la FCFA.

Président de l’ACFA de 2004 à 2009, M. Johnson est revenu à la tête de l'association provinciale en 2013, avant d’être réélu en 2015.

Visage connu de la francophonie en Alberta, M. Johnson a également été conseiller municipal dans la petite ville de McLennan, dans le nord-ouest de la province.

S'il est élu à la présidence de la FCFA, le résident d'Edmonton souhaite s'attaquer à trois dossiers :

  1. les programmes de langues officielles en éducation,
  2. le recensement de 2021 pour la représentation des communautés francophones
  3. et la modernisation sur la loi des langues officielles.

Dans sa lettre de motivation, le candidat explique qu'il souhaite rencontrer le premier ministre Justin Trudeau, les sénateurs, les ministres et les députés, afin de « faire avancer les dossiers de la francophonie canadienne ».

« Dans les organismes communautaires, on discute beaucoup. Moi je perds patience et je veux m’assurer de transformer nos discussions en actions », a-t-il déclaré au micro de Radio-Canada, en mai dernier.

Sylviane Lanthier, le choix de la continuité

La Franco-manitobaine Sylviane Lanthier compte également plusieurs années d'engagement au sein de la francophonie.

L'actuelle présidente de la FCFA a notamment dirigé le Centre culturel franco-manitobain pendant sept ans, en plus d'avoir siégé aux conseils d'administration de plusieurs organismes communautaires francophones.

L'ex-rédactrice en chef de l'hebdomadaire La Liberté a été élue à la tête de la FCFA en juin 2015, après avoir été vice-présidente du regroupement pendant cinq ans.

Elle met de l'avant plusieurs éléments de son bilan, comme le retour du recensement long, le programme de mobilité francophone et la modernisation de la Loi sur les langues officielles.

Mme Lanthier s'est beaucoup fait remarquer dans les dernières semaines, en raison de la controverse entourant la nomination de Madeleine Meilleur au poste de commissaire aux langues officielles.

La FCFA a en effet dénoncé cette nomination et a demandé à plusieurs reprises une rencontre avec le premier ministre Justin Trudeau.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine