Retour

Pratique illégale de la médecine : les corréactologues mis en garde

La corréactologie, cette pratique non conventionnelle controversée, pourrait être menacée. Le Collège des médecins du Québec a informé les praticiens établis dans cette province qu'ils n'étaient pas autorisés à aider des patients ou à leur proposer un plan de traitement. Cette annonce pourrait faire bouger les lignes en Ontario.

Un texte de Justine Cohendet

L’avertissement du Collège des médecins concerne la clinique en corréactologie qui a ouvert à Gatineau, en mars dernier.

Celle-ci devait permettre de préparer l'implantation des corréactologues dans la Belle province.

Créée en 2002 par les frères Lapointe à Sudbury, dans le Nord de l’Ontario, la corréactologie est présentée sur le site Internet de l'Institut comme « une méthode [qui permet] de traiter les gens aux prises avec la maladie ou la douleur en changeant la densité du réseau cellulaire du corps. »

Les fondateurs énumèrent également sur Internet 140 problèmes de santé auxquels les patients peuvent se référer, allant de l’asthme, au cancer, en passant par les « difficultés sexuelles », les saignements de nez ou encore la maladie de Lou Gehrig.

Or, selon la réglementation en vigueur au Québec, seul un professionnel de santé peut soigner des patients.

Douze autres établissements ont vu le jour en Ontario, de Timmins à Kitchener en passant par Barrie et Sturgeons Falls, au cours des 16 dernières années.

« Un corréactologue fait de la pratique illégale de la médecine s’il reçoit une personne pour des problèmes de santé et s’il lui propose un plan de traitement », a indiqué dans un courriel la porte-parole du Collège des médecins.

L'ordre, qui réglemente la pratique de la médecine au Québec, a précisé qu’« un ou plusieurs individus » qui pratiquent la corréactologie ont été avisés par leurs services que « seul un professionnel de la santé peut aider les gens. »

Vers des sanctions en Ontario?

La décision du Collège des médecins du Québec pourrait faire bouger les lignes en Ontario.

Depuis leur installation dans la province, il y a 16 ans, les fondateurs de la corréactologie n'ont jamais eu à se justifier auprès des autorités.

L'Ordre des médecins et chirurgiens de l’Ontario avait stipulé en mai dernier n’avoir « aucun rôle dans la pratique de la corréactologie », mais dans un courriel envoyé jeudi à Radio-Canada, l’Ordre a fait part de son intention de contacter le Collège des médecins du Québec.

Nous allons les contacter pour discuter de leurs conclusions afin de prendre les mesures appropriées, a déclaré le porte-parole de l'Ordre.

Clinique fermée temporairement

Contactée pour une demande d'entrevue, Angèle Lapointe, la mère des deux fondateurs, qui est aussi la directrice académique de l’Institut canadien de corréactologie, a refusé notre requête expliquant qu'ils devaient prendre le temps « d'examiner la situation et de s'informer. »

Elle a précisé dans un courriel que les fondateurs de la corréactologie ont été informés « récemment » de la visite d'un représentant du Collège des médecins du Québec.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine