Retour

Près de 16,5 M$ pour améliorer les services de santé de première ligne en Outaouais

Le ministre de la Santé du Québec, Gaétan Barrette, injecte 16 542 500 $ de dollars en Outaouais pour améliorer les services de première ligne.

L'annonce a été faite par la ministre de la Justice et responsable de la région, Stéphanie Vallée, accompagnée des députés de l'Outaouais.

Le directeur général du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais, Jean Hébert, n'a pas indiqué de quelle façon cet argent supplémentaire serait utilisé, sauf pour dire que cela permettrait « d'accroître l'accessibilité, de diminuer les listes d'attente et d'augmenter la fluidité dans nos services. »

Jean Hébert a toutefois précisé qu'une partie irait à « supporter les médecins de famille qui ont besoin de soutien administratif et de favoriser l'accès à des médecins de famille dans les territoires. »

M. Hébert a également mentionné que le 16,5 millions cette année s'ajoutait au 3,3 millions de plus reçus l'an dernier pour aider à équilibrer les budgets malmenés par la pression sur les services en raison de la croissance démographique.

Des professionnels de la santé déçus

Le syndicat de l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) de l'Outaouais rappelle qu'en 2016, le CISSS de l'Outaouais a retranché 30 millions du réseau de la santé en raison de compressions budgétaires du gouvernement Couillard.

À la coalition Équité Outaouais, l'annonce de lundi est un bon pas, mais est nettement insuffisante pour redresser la situation. Selon l'organisme, le sous-financement des soins de santé en Outaouais représente 474 $ par habitant, soit 182 millions de dollars pour toute la région.

L'un des porte-parole de la coalition, le Dr Gilles Aubé, estime que l'annonce de lundi est significative puisque « pour la première fois, le gouvernement reconnait qu'il y a un sous-financement. »

Selon le Dr Aubé, l'Outaouais est l'enfant pauvre d'un groupe de quatre régions dites intermédiaires, c'est-à-dire situées à deux ou trois heures de distances de régions universitaires.

Selon des chiffres fournis par le Commissaire à la santé et au Bien-Être de 2015, le Bas-Saint-Laurent, le Saguenay-Lac-Saint-Jean et la Mauricie-Centre du Québec recevaient respectivement 3754 $, 3160 $ et 3338 $ par habitant pour les soins de santé, alors que le financement par habitant en Outaouais était de 2483 $ par habitant.

Avec les informations de Roxane Léouzon

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les piscines d'hôtel les plus spectaculaires





Rabais de la semaine