Retour

Presque deux fois moins de médecins en Outaouais que la moyenne québécoise

L'Outaouais demeure l'une des pires régions du Québec en ce qui a trait à la pénurie de médecins spécialistes. C'est ce que confirment des données, publiées mardi, par l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS).

Un texte de Pascale-Marie Dufour

En dépit des nombreux efforts de recrutement fournis depuis des années par les autorités de la santé, les médecins spécialistes hésitent encore à s'établir dans l'ouest du Québec pour y faire carrière.

Selon le portrait annuel présenté par l'ICIS, l'Outaouais comptait 67 médecins spécialistes par 100 000 habitants, en 2014. C'est presque deux fois moins que la moyenne québécoise de 121 médecins spécialistes par 100 000 habitants.

Les Laurentides, Lanaudière et le Grand Nord sont les seules régions où la situation est pire.

Pénurie aussi chez les médecins de famille

Le portrait de l'ICIS montre également que la situation n'est guère plus rose du côté des médecins de famille.

L'Outaouais compte en effet 104 omnipraticiens par 100 000 habitants, ce qui est nettement moins que la moyenne québécoise, laquelle s'élève à 118 médecins pour la même tranche de population.

Depuis cinq ans, la situation s'est cependant améliorée, sans parvenir toutefois à combler les besoins. Selon l'ICIS, près d'une centaine de médecins spécialistes et d'omnipraticiens ont décidé de venir pratiquer en Outaouais.

De l'autre côté de la rivière des Outaouais, les résidents d'Ottawa peuvent compter sur les services de beaucoup plus d'omnipraticiens, avec 140 médecins de famille pour 100 000 habitants.

Un problème récurrent

La pénurie d'omnipraticiens et de spécialistes est un scénario qui se répète. Ce problème handicape en effet l'Outaouais depuis la fin des années 1990.

Les autorités de la santé misaient beaucoup sur l'implantation d'un Campus santé à Gatineau, affilié à l'Université McGill, pour attirer de jeunes professionnels. Mais la force de cet attrait est encore insuffisante pour combler les besoins de la région en matière de médecins.

Le Campus santé vise à améliorer l'accès aux soins de santé dans la région en formant en Outaouais des médecins, des infirmières et du personnel médical.

Par ailleurs, l'ICIS n'établit pas un lien direct entre le nombre de médecins et l'accès aux soins de santé dans une région donnée.

« L'accès aux services de santé dépend de plusieurs facteurs », explique le porte-parole de l'ICIS, Claude Lemay.

« Ça dépend du nombre d'heures que le médecin consacre à sa pratique, du type de patients qu'il suit. La distribution sur une base régionale et l'organisation du travail, comme la présence d'infirmières praticiennes, peuvent aussi avoir un impact sur l'accès aux soins de santé », ajoute-t-il.

Plus d'articles

Commentaires