Retour

Prévenir les agressions sexuelles à l'ère des médias sociaux

Des élus de Québec et des groupes communautaires de la région ont discuté de l'aide aux victimes d'agressions sexuelles qui brisent le silence sur les réseaux sociaux mardi lors d'un forum à Gatineau.

Le gouvernement québécois fait la révision de son plan d'action en matière d'agressions sexuelles.

Depuis deux ans, plusieurs mouvements spontanés ont amené des gens à dénoncer sur les réseaux sociaux une agression sexuelle subie dans le passé.

Cette vague de révélations a pris au dépourvu les organismes communautaires qui viennent en aide aux victimes, selon le directeur général du Centre d'intervention en abus sexuels pour la famille (CIASF), Simon Drolet.

Le gouvernement de Philippe Couillard doit adapter son programme d'action, en innovant, défrichant et développant une nouvelle expertise dans le domaine, aux dires du directeur général du CIASF.

« C'est délicat d'intervenir en ligne, explique-t-il. La traçabilité, la confidentialité, le suivi, ce sont tous des enjeux qu'on va devoir résoudre rapidement pour que ces victimes trouvent les services qu'ils méritent. »

L'enjeu est important, ce que reconnaît la ministre de la Justice Stéphanie Vallée.

Le gouvernement du Québec explique qu'il faudra encore plusieurs mois avant de dévoiler sa nouvelle politique en matière d'agressions sexuelles.

Les intervenants dans le domaine espèrent un virage important, car ils sont convaincus que les victimes d'agressions sexuelles seront de plus en plus nombreuses à se servir des réseaux sociaux pour briser le silence.

D'après un reportage de Pascale-Marie Dufour

Plus d'articles

Commentaires