Retour

Prison d'Ottawa-Carleton : des mères réclament de l'aide en santé mentale

Des mères ont voulu lancer un message clair au gouvernement ontarien, mercredi soir : les personnes atteintes de troubles mentaux n'ont pas leur place en prison. Une vingtaine de personnes ont participé à une veillée à la bougie devant le Centre de détention d'Ottawa Carleton.

L’événement, organisé par MOMS, un organisme formé de mères de personnes judiciarisées qui s’offrent entre elles du soutien psychologique, était également l'occasion de rendre hommage à Justin St-Amour.

Ce dernier s’est enlevé la vie en prison. Vivant avec la schizophrénie, le jeune se trouvait au Centre de détention d'Ottawa-Carleton lors de son suicide et non pas dans un hôpital psychiatrique, ce que déplore MOMS.

« C’est pour exprimer d'abord notre solidarité avec la mère de Justin St-Amour et pour vraiment exprimer notre désaccord [...] de continuer à enfermer en prison les personnes qui ont une maladie mentale », a expliqué Lorraine Berzins, une membre du groupe.

Elle et ses collègues de MOMS souhaitent que le gouvernement ontarien agisse le plus rapidement possible pour changer la donne.

Un message pour les détenus

Lors du rassemblement de mercredi soir, les manifestants ont orienté le faisceau lumineux de leur lampe de poche en direction de la prison. Ils voulaient ainsi se faire voir par les détenus.

« C’est pour montrer qu’il y a des gens qui sont conscients de leurs souffrances », a indiqué Mme Berzins.

C’est facile pour le public de penser que ce n’est pas si mal les conditions en prison.

Lorraine Berzins, membre du groupe MOMS

Les participants ont également respecté une minute de silence et ont déposé des fleurs, à la mémoire de Justin St-Amour.

Plus d'articles

Commentaires