Retour

Privatisation d'Hydro One : le gouvernement fait face à une mise en demeure

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) dépose une mise en demeure contre le gouvernement au sujet de la privatisation partielle du distributeur d'électricité Hydro One.

Un texte de Julie-Anne Lamoureux

Le SCFP somme les libéraux de cesser de vendre des actions de la société d'État.

Jusqu'ici, 30 % des actions ont été vendues. Le gouvernement veut en vendre 30 % de plus.

Sans dévoiler les allégations à la base de la poursuite, le Syndicat indique qu'il invoquera un abus de pouvoir de la part du gouvernement, en plus de mettre en lumière les dons faits au Parti libéral par des entreprises qui profitent de la privatisation d'Hydro One.

Le Syndicat souligne qu'il avait aussi utilisé les tribunaux à la fin des années 1990 et au début des années 2000 pour empêcher la vente d'Hydro One. Le président ontarien du SCFP, Fred Hahn, espère un résultat similaire cette fois-ci.

Il ajoute que les libéraux n'ont jamais eu le mandat de vendre partiellement Hydro One lors des dernières élections générales.

Les libéraux défendent la privatisation

Le gouvernement refuse de commenter la mise en demeure, disant vouloir laisser le processus suivre son cours. 

Le procureur général de la province, Yasir Naqvi, assure qu'il prend le dossier très au sérieux. Il maintient toutefois que la privatisation partielle d'Hydro One est nécessaire pour faire des investissements dans le transport en commun et les infrastructures.

Le NPD espère que la mise en demeure ajoutera de la pression sur le gouvernement.

Plus d'articles

Commentaires