Retour

Procès d'Alain Gascon : les propos « incriminants » de l'accusé quelques heures après le meurtre d'Angela DiStasio

Un agent du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) a raconté mardi ce qu'Alain Gascon lui avait confié quelques heures après le meurtre de son ex-femme Angela DiStasio, lors du procès pour meurtre de ce dernier, au palais de justice de Gatineau.

Dans la soirée du 20 avril 2014, date à laquelle Angela DiStasio a été tuée, Alain Gascon aurait tenu des propos « incriminants » à l'agent qui l'accompagnait à l'hôpital qu'il avait élevé seul ses 5 enfants, alors que son ex-conjointe « passait son temps à l'ordinateur ».

Il a expliqué avoir été heureux dans son mariage pendant 25 ans, même s'il avait levé la main sur elle « peut-être une ou deux fois ».

Mais selon lui, les choses avaient changé depuis une quarantaine de jours. Au moment des faits, le couple était séparé.

La bouche pâteuse et les paupières lourdes, Alain Gascon aurait dit avoir pris des pilules « pour modérer son cerveau »

Alain Gascon aurait confié au policier qu'il n'aurait jamais pensé de sa vie « faire une affaire comme ça » et qu'il allait prier pour que sa femme soit « correcte ».

Il a ajouté plus tard : « je l'ai traitée comme une reine, mais elle me chiait dessus ».

Lorsque le policier lui a annoncé que sa femme était morte et qu'il était accusé du meurtre de cette dernière, M. Gascon a réagi : « Bon, j'ai perdu ma famille »

Il a ensuite demandé à parler à son avocat.

Retour sur les faits

Le 20 avril 2014, M. Gascon aurait assassiné son ex-conjointe, Angela DiStasio.

Cette dernière a été trouvée grièvement blessée dans un logement situé au 45, rue Symmes, dans le secteur d'Aylmer. Mme DiStasio a été transportée à l'hôpital, où elle a succombé à ses blessures.

Avec les informations de Pascale-Marie Dufour

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine