Retour

Procès de Shakti Ramsurrun : la Couronne présente des photos troublantes

C'est une technicienne en identité judiciaire du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) qui a été le premier témoin au procès pour triple meurtre de Shakti Ramsurrun, jeudi, au palais de justice de Gatineau.

Roxanne Fillion a raconté en détail son intervention lorsqu’elle s’est rendue sur la scène du crime, au 64, rue Félix-Leclerc, dans le secteur d’Aylmer, en mai 2012.

Plus de 300 photos ont été présentées à la cour par la policière. Bon nombre d’entre elles montraient seulement quelques taches de sang dans la résidence. On pouvait y voir une bouteille d'un produit nettoyant vide, des lingettes tachées de sang et des touffes de cheveux sur le plancher de la cuisine.

Le procès a été interrompu pendant une quinzaine de minutes parce que l’accusé était en larmes.

M. Ramsurrun est accusé d’avoir tué son ex-conjointe, Anne-Katherine Powers, son ex-belle-mère, Louise Leboeuf, et son ex-beau-père, Claude Lévesque, en mai 2012. Il a plaidé non coupable, le 12 avril dernier.

Des messages troublants

Mme Fillion a également pris en photo des messages troublants trouvés à plusieurs endroits dans la résidence des victimes.

On peut notamment lire : « Je les ai touchés parce que je les aime. J’ai mis quelques couvertures. J’ai pleuré. Je les aime, croyez-moi, ce n’est pas moi. »

Les photos montrent aussi des tableaux blancs sur lesquels était inscrit : « Je ne suis pas un tueur ».

Des pièces à conviction

La liste des pièces à conviction a finalement été déposée par la policière. On y répertorie notamment des couteaux, des guenilles et une longue série de prélèvements faits sur la scène de crime.

En après-midi, Mme Fillion a expliqué l’expertise réalisée sur la voiture qu’a utilisée l’accusé pour se rendre au club de golf Rivermead. Le coffre arrière était rempli de vêtements d’homme et de bébé. La policière y a aussi trouvé des jouets et de la nourriture pour le poupon. Plusieurs objets étaient tachés de sang.

Une trentaine de personnes doivent témoigner au cours de ce procès, qui va se dérouler jusqu’en juin.

Avec les informations de la journaliste Pascale-Marie Dufour

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine