Retour

Procès du « père grand-père » : Jacques Roger Lesage coupable de quatre chefs d'accusation

Les jurés ont rendu leur verdict, vendredi, dans le procès du père incestueux Jacques Roger Lesage.

L'homme d'affaires de 79 ans est reconnu coupable de quatre chefs d'accusation sur six. Le jury le reconnaît coupable d'agressions sexuelles et d'inceste contre ses filles Lucie et Nathalie Lesage, mais l'acquitte des chefs d'agressions sexuelles contre son autre fille, Chantal Knippenberg.

Il faisait face à trois accusations d'inceste, à deux accusations d'attentat à la pudeur et à une accusation d'agression sexuelle. Les faits reprochés remontaient à juillet 1971 et se sont déroulés jusqu'en décembre 2004.

« Une délivrance totale »

À leur sortie du tribunal, Lucie et Nathalie Lesage ont tenu à remercier la population du soutien dont elles ont pu bénéficier tout au long du procès. Elles se sont dites très soulagées du verdict.

C’est une délivrance totale. Cent livres de moins sur mes épaules.

Lucie Lesage, victime de Jacques Roger Lesage

Lucie Lesage en est même venue à exclure son père de sa vie. « Ce n’est plus mon père. C’est un minable », a-t-elle dit.

Sa soeur Nathalie partage ce sentiment. Elle a également mentionné qu'elle pouvait, pour la première fois, regarder l’avenir avec espoir.

C’est une nouvelle vie qui commence. On peut enfin dire que c’est fini. On tourne la page.

Nathalie Lesage, victime de Jacques Roger Lesage

La troisième présumée victime déçue, mais fière

À sa sortie du tribunal, Chantal Knippenberg s’est dite satisfaite de voir son père reconnu coupable des crimes commis contre ses deux soeurs, bien qu’il ait été déclaré non coupable des accusations qui auraient été commises contre elle.

« Dénoncez! », a-t-elle déclaré, à l’intention des victimes de crimes semblables. Elle a dit avoir ressenti de la haine et de la rage contre son père au moment de témoigner contre lui.

Mme Knippenberg s'est dite heureuse pour ses soeurs, mais triste de constater que le jury n'a pas cru à sa version des faits.

Avant de s’adresser aux journalistes, elle a longuement étreint des membres de sa famille, dont sa soeur Lucie. « Je vous aime », leur a-t-elle dit, la voix remplie d’émotion.

L'importance de dénoncer rapidement

L'avocat de la défense Jacky-Éric Salvant a de son côté estimé que le procès a démontré l'importance pour les victimes de dénoncer rapidement leur agresseur.

« Lorsque ça fait au-dessus de 30 ans que les faits se sont passés, c'est extrêmement difficile pour tout le monde », a-t-il souligné. « Ce n'est pas un dossier facile, mais je crois que justice a été rendue. »

Un long calvaire

Des tests d'ADN ont démontré que M. Lesage est bel et bien le père des trois enfants de sa fille Lucie. Cette dernière est tombée enceinte pour la première fois à l'âge de 13 ans.

Lucie avait subi ses premières agressions sexuelles à l'âge de 7 ou 8 ans. Elle a été agressée quotidiennement pendant de longues années, notamment au cours de ses grossesses.

M. Lesage a été arrêté en novembre 2014 à la suite d'une plainte de sa fille Lucie, plus de 40 ans après que celle-ci eut subi sa première agression.

Avec les informations de Pascale-Marie Dufour et de Michel-Denis Potvin

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine