Retour

Procès du « père grand-père » : la défense doute de la solidité des témoignages

La Couronne et la défense ont présenté leurs plaidoyers finaux, mardi après-midi, au palais de justice de Gatineau, au procès du septuagénaire accusé d'avoir agressé sexuellement trois de ses filles. La défense a tenté de mettre en doute la solidité des témoignages des victimes.

Jacques Roger Lesage, un homme d'affaires de Val-des-Monts, fait face à trois accusations d'inceste, à deux accusations d'agression sexuelle et à une accusation d'attentat à la pudeur.

D'entrée de jeu, la défense a demandé aux jurés de faire fi de l'image que l'accusé a projetée durant son témoignage. M. Lesage avait le corps courbé, la tête parfois tournée; il avait une attitude qui pouvait paraître fuyante. Or, le tout serait dû une maladie et ne fait pas de l'accusé quelqu’un de coupable, a affirmé son avocat.

La défense a aussi relevé dans le témoignage de chacune des présumées victimes quelques imprécisions et des trous de mémoire. L'avocat de M. Lesage a fait valoir qu'il serait difficile de condamner un accusé hors de tout doute raisonnable dans de telles circonstances.

La poursuite, au contraire, a qualifié les témoignages des trois plaignantes de cohérents, détaillés et précis, soulignant que l'un de ceux-ci était appuyé par une preuve d'ADN. La Couronne a relevé de nombreuses similitudes entre les versions des trois présumées victimes, ce qui ajoute du poids à la véracité des faits, selon elle.

Le juge a commencé, en fin de journée mardi, à donner ses directives finales au jury. Il poursuivra l'exercice mercredi et les jurés pourraient être séquestrés dès l’après-midi.

Retour sur le procès

Le père de huit enfants a été le seul témoin appelé à témoigner pour la défense dans cette affaire.

Au cours du procès, trois de ses filles ont raconté leur enfance et les agressions alléguées dont elles auraient été victimes, et ce, sur de longues périodes.

Une des plaignantes, Lucie Lesage, 53 ans, a dit avoir été victime de violence sexuelle de la part de son père pendant plus de 30 ans. Tombée enceinte pour la première fois à l'âge de 13 ans, elle aurait eu trois enfants de son père.

Dans son témoignage la semaine dernière, Jacques Roger Lesage a reconnu pour la première fois avoir agressé Lucie Lesage, mais a rejeté les allégations concernant ses deux autres filles, Nathalie Lesage et Chantal Knippenberg.

Un interdit de publication protège généralement l'identité des présumées victimes d'agressions sexuelles. Toutefois, dans ce cas-ci, celles-ci ont demandé à ce qu'il soit levé afin que le nom de leur père soit divulgué.

Avec les informations de la journaliste Pascale-Marie Dufour

Plus d'articles

Commentaires