Retour

Procès pour corruption de libéraux influents : la défense veut faire casser les accusations

La Couronne a terminé de présenter sa preuve mercredi, au procès de deux hauts placés du Parti libéral de l'Ontario à Sudbury. La défense en a surpris plus d'un, en choisissant de ne pas présenter ses arguments. Elle opte plutôt pour une requête demandant au juge d'imposer un verdict de non-culpabilité.

Un texte de Natacha Lavigne

Si le juge Howard Borenstein adopte la motion, cela voudrait dire que les accusations sont levées et de surcroît, que le procès est annulé.

Me Michael Lacy et Me Brian Greenspan comptent rendre publique ladite motion le 29 septembre, ce à quoi les procureurs de la Couronne auront une semaine pour renchérir et fournir, à leur tour, leurs arguments.

Ensuite, les deux parties se retrouveront en cour le 10 octobre pour en débattre.

Actuellement, Patricia Sorbara, l’ancienne chef de cabinet et Gerry Lougheed, un organisateur libéral, sont accusés de corruption en vertu de la loi électorale ontarienne.

Un chef d’accusation pèse également contre Mme Sorbara pour avoir offert un pot-de-vin au transfuge néo-démocrate fédéral Glenn Thibeault, pour rejoindre les rangs des libéraux.

Cela est au sujet de l’élection partielle de Sudbury en 2015, qui a couronné M. Thibeault, aujourd’hui ministre de l’Énergie de l’Ontario.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine