Retour

Procès pour meurtre d'Alain Gascon : un policier témoigne

Un agent du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) a été le premier témoin appelé au procès d'Alain Gascon, mercredi. Ce dernier est accusé du meurtre prémédité de sa conjointe, Angela DiStasio, de laquelle il était séparé.

Le policier Martin Dumais a raconté ce qu'il a vu dans l'appartement du fils de la victime, où résidait Mme DiStasio et où s'est déroulé le drame. Il a décrit les traces de sang sur la poignée de la porte d'entrée du logement et les traces de sang sur le sol, qui menaient à une chambre où gisait la victime, sur le lit ensanglanté.

Mme DiStasio aurait été frappée à la tête et aurait reçu plusieurs coups à l'abdomen, coups assénés à l'aide d'une fourchette. Un poêlon se trouvait près des oreillers. L'agent Dumais a aussi indiqué qu'il a trouvé du sang dans la cuisine et un couteau sur le sol.

La victime est morte des suites de ses blessures à l'hôpital. Elle avait 42 ans.

Les policiers alertés par un proche

C'est le conjoint de la fille d'Alain Gascon, qui a alerté les policiers. L'accusé s'est rendu chez elle le soir du drame.

Lorsque les policiers sont arrivés, il leur aurait avoué avoir « dardé » sa femme à au moins deux reprises.

Les jurés ont appris, lors de la première journée du procès, que l'accusé et Mme DiStasio venaient de se séparer un mois plus tôt, après 25 ans de vie commune. Le couple s'était marié en 2012, après avoir eu cinq enfants.

M. Gascon a plaidé non coupable aux accusations de meurtre prémédité qui pèsent contre lui. La Couronne et la défense s'entendent sur le fait qu'il a causé la mort de Mme DiStasio, mais pas sur les accusations.

Avec les informations de Patrick Pilon et Pascale-Marie Dufour

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine