Retour

Procès pour meurtre d'Alain Gascon : une spécialiste décrit l'extrême violence des coups

Deux spécialistes en scène de crime ont témoigné, lundi, au procès pour meurtre d'Alain Gascon, à Gatineau. Les 12 jurés ont regardé des dizaines de photos du lieu où a été trouvée Angela DiStasio, en avril 2014.

La technicienne Roxane Filion a décrit les taches de sang sur les vêtements des premiers répondants qui ont tenté de venir en aide à Mme DiStasio, qui venait de se séparer de l'accusé.

Des traces de sang ont été trouvées dans la chambre à coucher, dans la cuisine et dans le tiroir à ustensiles. Des objets étaient aussi tachés de sang.

La défense a affirmé qu'il est difficile de comprendre pourquoi aucune recherche d’empreinte n'a été faite sur un couteau, une fourchette à rôti et sur un poêlon, tous trouvés sur les lieux du crime.

À la barre, Jacinthe Prévost, biologiste judiciaire dont la spécialité est l'analyse des taches et des projections de sang, a raconté qu'elle s'était rendue dans le petit logement du 45, rue Symmes, dans le secteur d'Aylmer, où a été tuée Mme DiStasio.

Mme Prévost a constaté qu'il y avait du sang dans l'entrée, le salon et la cuisine, mais, selon elle, ce n'est pas la victime qui s'est déplacée d'une pièce à l'autre.

Photos à l'appui, elle a montré aux jurés que la personne qui a fouillé dans le tiroir à ustensiles avait les mains maculées de sang.

Un poêlon déformé déposé en preuve

Jeudi dernier, la Couronne a déposé en preuve un poêlon de métal d'une trentaine de centimètres, avec un côté déformé.

Mme Prévost a vu le poêlon, dont le dessous était couvert de sang. Cette partie du poêlon aurait été en contact avec des cheveux ensanglantés. 

Dans la chambre à coucher, qui a fait l'objet d'une longue analyse, elle a découvert une mare de sang sur le lit et sur l'oreiller.

La spécialiste a aussi observé la grosseur des taches de sang sur les murs. Les gouttelettes avaient moins d'un millimètre de diamètre, ce qui, selon Mme Prévost, témoigne de l'extrême violence des coups portés à la victime.

Elle pense que Mme DiStasio aurait reçu des dizaines et des dizaines de coups, alors qu'elle était couchée sur le lit.

Avec les informations de Pascale-Marie Dufour

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine