Retour

Procès Sorbara-Lougheed : témoignages de deux membres-clés du parti libéral

La deuxième semaine du procès pour corruption de deux libéraux ontariens influents s'est entamée plus doucement lundi, à Sudbury. La cour a entendu les témoignages de membres-clés du Parti libéral de l'Ontario, en lien avec le scandale de l'élection partielle de 2015.

Un texte de Natacha Lavigne

Gerry Lougheed, un organisateur libéral, et Patricia Sorbara, ancienne chef de cabinet adjointe, sont accusés de corruption en vertu de la loi électorale, à la suite du scrutin partiel tenu en 2015 dans la circonscription de Sudbury.

Simon Tunstall, qui occupait le poste de directeur administratif du parti de 2012 à 2015, a été le premier à témoigner.

Il affirme avoir conseillé à Patricia Sorbara de nommer Andrew Olivier comme candidat, car il croyait la partie perdue d’avance pour les libéraux.

L’ancien directeur administratif a averti le parti qu'il s'exposait à un « tollé » si M. Olivier n’était pas le candidat à l’élection partielle de 2015 de Sudbury.

Quant à la nomination de Glenn Thibeault, le témoin a indiqué à la cour qu'il n'était pas au courant du processus de nomination du transfuge néo-démocrate. Il a même dit avoir dû « faire ses recherches » pour savoir qui était ce politicien.

Pour leur part, les avocats de la défense ont ramené à la table la constitution du Parti libéral de l’Ontario.

Ils arguent que les termes de « candidat en vue de représenter le parti » (nominee) et de « candidat à l’élection » (candidate) n’ont pas la même signification et que, selon la constitution, un chef peut nommer ses candidats.

Or, Me Michael Lacy et Me Brian Greenspan tentent de prouver qu’Andrew Olivier n’était que le candidat défait des élections générales de 2014 et que le parti n’avait pas l’intention de le nommer à nouveau.

« J’en avais contre le processus »

Le témoignage de William Nurmi a suivi en après-midi lundi.

Il a été le président de l’association libérale de la circonscription provinciale de Sudbury (Sudbury Provincial Riding Association) dans les années 90, et ce jusqu’à l’élection partielle en février 2015.

Ce dernier a dit être « furieux » d’apprendre que Glenn Thibeault avait été choisi pour être le candidat libéral, sans qu’une investiture ne soit tenue.

Celui qui est encore membre du parti ontarien aurait préféré un « processus démocratique ».

William Nurmi a affirmé que les membres de l'association et lui craignaient que le candidat-vedette en question soit la mairesse de Sudbury, Marianne Matichuk.

Une fois la nomination de Glenn Thibeault officielle, l'association libérale a offert son appui au nouveau candidat, en lui fournissant 50 000 dollars pour la campagne de l'élection partielle. L'ancien président a toutefois refusé d'être à ses côtés, lors de ladite annonce.

De gros canons à venir

La Couronne a une liste de 17 témoins, où y figurent entre autres les noms de Kathleen Wynne, Glenn Thibeault et de Dominic Giroux.

Le futur président-directeur général de l’hôpital Horizon Santé-Nord, Dominic Giroux, sera à la barre des témoins mardi. Monsieur Giroux était recteur de l’Université Laurentienne lorsqu’il a joué un rôle dans l’affaire en mettant en contact Glenn Thibeault avec le parti libéral ontarien.

Il en sera suivi par le témoignage de la première ministre du gouvernement ontarien mercredi. Cette dernière sera entendue une heure plus tôt que l’ouverture habituelle des audiences, puisqu'elle doit quitter la province plus tard ce jour-là.

Quant au ministre actuel de l'Énergie, Glenn Thibeault, il devrait témoigner le 19 ou le 20 septembre prochain. C'est du moins ce qu'il a indiqué lundi, lors de la rentrée parlementaire à Queen's Park.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine