Retour

Profilage racial à Ottawa : Le SPO souhaite un rapprochement avec les communautés 

Un mois après avoir pris connaissance d'un rapport démontrant que les personnes noires et du Moyen-Orient étaient plus susceptibles d'être interceptées pour un contrôle routier, le Service de police d'Ottawa (SPO) a tenu jeudi une séance publique d'information sur le sujet, en compagnie des chercheurs de l'Université York, responsables de l'enquête.

Rappelons que le bilan du Projet de collecte de données fondées sur la race aux contrôles routiers (PCDFRCR) démontrait que les Noirs et les gens originaires du Moyen-Orient étaient surreprésentés dans les contrôles.

Les Noirs étaient ainsi interpellés 2,3 fois plus proportionnellement à leur poids dans la population de conducteurs. Du côté des Moyens-Orientaux, on parle de 3,3 fois plus.

Le chef du SPO, Charles Bordeleau, assistait à la rencontre. Il dit avoir pris bonne note des conclusions de l’enquête et se dit déterminé à améliorer les relations entre les policiers et les différents groupes culturels.

C’est important de reconnaître les expériences vécues par les gens qui ont été arrêtés par le Service de police

Charles Bordeleau, chef du Service de police d'Ottawa

Selon lui, le SPO souhaite mieux comprendre les communautés, de façon à savoir comment mieux y déployer les services policiers.

Plusieurs membres de communautés culturelles interpellées par l’enquête ont tenu à assister à la rencontre. La plupart des gens interrogés se sont dits peu ou pas du tout surpris des résultats de l’enquête.

C’est le cas de Younes Mohammed, un homme noir de confession musulmane.

J’ai été troublé par les résultats, mais pas étonné. Les données ont confirmé ce que j’ai toujours senti

Younes Mohammed, homme noir de confession musulmane

Ce dernier a toutefois tenu à souligner que l’immense majorité des policiers font un travail remarquable. Toutefois, il y en aurait quelques-uns qui contribuent à accentuer les tensions entre les forces de l’ordre et les minorités culturelles.

M. Mohammed a dit avoir vécu de bonnes, comme de moins bonnes expériences auprès des policiers d’Ottawa. « Un policier m’a déjà aidé à changer un pneu, tandis qu’un autre m’a arrêté et m’a demandé si j’avais de la drogue dans ma voiture », a-t-il raconté.

La séance d’information survient quelques jours après une vague d’incidents haineux dans la capitale, visant particulièrement les lieux de culte fréquentés par les Musulmans, Juifs et personnes noires. Un adolescent a depuis été arrêté en lien avec ces événements.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards