Retour

Projet de mine à Grenville-sur-la-Rouge : la Municipalité remet les compteurs à zéro

De nouvelles dispositions à la Loi sur les mines du Québec ont forcé la Municipalité de Grenville-sur-la-Rouge, dans les Laurentides, à annuler une résolution favorable à un projet de mine plus tôt cette semaine.

Un texte de Denis Babin

Adoptée le 13 décembre dernier, la résolution permettait à la compagnie Carbon Canada de poursuivre ses démarches devant la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ).

Entre autres, dans le processus menant à l'approbation finale de son projet, Carbon Canada devait démontrer à la CPTAQ que les deux mines de graphite à ciel ouvert et la carrière de marbre qu'elle veut exploiter n’auront aucun impact sur les activités agricoles exercées tout près de sa propriété.

« En décembre, de notre point de vue, c’était évident. On avait "zéro" règlement qui empêchait l’activité minière dans notre Municipalité », a précisé le maire de Grenville-sur-la-Rouge, John Saywell.

Des modifications à la Loi sur les mines qui changent la donne pour les MRC

Mais voilà, les modifications apportées à la Loi sur les mines, entrées en vigueur un jour après que Grenville-sur-la-Rouge ait adopté sa résolution, accordent aux municipalités régionales de comté (MRC) « le pouvoir de délimiter, dans leur schéma d’aménagement et de développement, des territoires incompatibles avec l’activité minière ».

Nous sommes maintenant dans un flou juridique. Est-ce que ça affecte la mine en vertu de ses droits acquis? Est-ce que ça change notre position face à la CPTAQ? Voilà pourquoi nous avons abrogé la résolution.

John Saywell, maire de Grenville-sur-la-Rouge

Cette décision a été précédée d'une autre, adoptée unanimement celle-là par la MRC d’Argenteuil le 8 février dernier, indiquant « qu’il était nettement prématuré de se positionner face au projet d’une mine, qu’elle se positionnera seulement lorsque les études […] requises auront été réalisées et déposées ».

« La MRC doit notamment répondre à son nouveau mandat qui est de désigner les territoires incompatibles avec l’activité minière dans son schéma d’aménagement », a expliqué le maire de Grenville-sur-la-Rouge.

Chez Carbon Canada, on ne croit pas que ces changements apportés à la Loi sur les mines affecteront le projet de mine de Grenville-sur-la-Rouge.

« Nous sommes confiants que notre projet pourra continuer sa progression à travers le processus de la CPTAQ », a indiqué dans un courriel le chargé de projet de Carbon Canada Steven Lauzier.

Les citoyens demeurent aux aguets

Nombreux lors de la dernière réunion du conseil municipal de Grenville-sur-la-Rouge mardi dernier, les citoyens qui s'intéressent au dossier demeurent aux aguets quant à la suite des choses.

« Nous nous sommes entendus sur l’importance de créer un comité qui va se pencher sur le projet de mine et faire des recommandations au conseil. C’est primordial », a indiqué le porte-parole du regroupement, Thomas Arnold.

Ce dernier est d’avis que la pétition signée par plus 670 personnes, demandant aux élus municipaux de refaire leurs devoirs, a eu son effet.

Ce n’est pas une chasse aux sorcières. Nous voulons convaincre nos élus, les mobiliser au tour de notre cause. C’est un dossier qui évolue rapidement. Nous voulons que les choses soient faites en bonne et due forme.

Thomas Arnold

Justement, deux rencontres doivent avoir lieu mercredi soir prochain. La première, une réunion spéciale, aura lieu à l’hôtel de ville de Grenville-sur-la-Rouge.

Il sera entre autres question des zones considérées incompatibles par la Municipalité pour l’activité minière. Le corridor longeant la rivière Rouge en est un bon exemple.

La deuxième rencontre, une séance de consultation publique sur le projet de mine, se tiendra au centre de communautaire du Village de Grenville, la Municipalité voisine.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine