Retour

Qu'est-ce qui se passe avec vos ordures après le passage des éboueurs?

La Ville de Gatineau a ouvert les portes de son centre de transbordement, vendredi, où encore trop souvent, des matières compostables et recyclables se retrouvent aux poubelles. Incursion dans les coulisses de vos déchets.

Dans 10 jours, les Gatinois devront changer leurs habitudes alors que la nouvelle réglementation surles ordures ménagères va entrer en vigueur le 15 juillet.

Lorsque les ordures arrivent au centre de transbordement, les déchets des Gatinois peuvent se retrouver à deux destinations. Après un traitement, ils sont acheminés dans un site d'enfouissement, soit à Sainte-Sophie ou à Lachute.

Pour ce qui est de la matière compostable, elle se retrouve à Moose Creek en Ontario, à une soixantaine de kilomètres de Gatineau.

L'implantation du compostage ainsi que le passage à la collecte bihebdomadaire en 2010 ont réduit la quantité de déchets traités à Gatineau de 20 % la première année.

Alors qu'en 2010, la population de Gatineau jetait plus de 72 000 tonnes de déchets, ce chiffre est passé à 61 254 tonnes l'an dernier.

La quantité de matière recyclable traitée a stagné dans les dernières années : un peu plus de 26 000 tonnes en 2010 et près de 27 000 tonnes en 2017.

La matière vouée au compostage, elle, a vu sa quantité presque doublée en 10 ans, passant de 11 431 tonnes 2010 à 21 453 tonnes en 2017.

L'objectif du nouveau règlement est de réduire la quantité de déchets résidentiels de 45 % d'ici 2020. La directrice du Service de l'environnement de la Ville de Gatineau, Chantal Marcotte, a bon espoir d'y parvenir. Elle sait qu'elle aura besoin de la collaboration de la population. « Les gens devront dorénavant se poser la question ''Qu'est-ce que je fais avec mes matières résiduelles?'' », a-t-elle soutenu.

Parmi 60 000 tonnes d'ordures qui se retrouvent au centre, il reste 17 000 tonnes de matière compostable, 1 200 tonnes de matière recyclable et 5 000 tonnes de papier ou carton, selon Mme Marcotte.

L'une des stratégies empruntées par la Ville sera de réduire la taille des bacs pour les ordures à 120 litres. « On va le livrer progressivement aux Gatinois. L'objectif est de forcer la réflexion chez les citoyens » à savoir ce qui va au recyclage ou au compost ou aux poubelles, a indiqué Maude Marquis-Bissonnette. Mais les Gatinois ont encore un an de répit avant d'être forcés à utiliser ce nouveau bac.

Celle qui est aussi la présidente de la Commission sur le développement du territoire, l'habitation et l'environnement a ajouté être convaincue que si la population pratique le recyclage et le compostage, « l'objectif [du bac de 120 litres] est tout à fait réalisable ».

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque