Retour

Quand le « Flic barbu » défie les préjugés entourant la maladie mentale

Jon Hall, un agent du Service de police d'Ottawa (SPO), a découvert il y a un an qu'il souffrait de dépression et de trouble de stress post-traumatique (TSPT). Il tente de déstigmatiser les gens atteints de ces maladies mentales avec son blogue, Bearded Cop, qu'on peut traduire par « Flic barbu ».

Pendant des années, le policier pensait que c’était normal d’avoir des visions de corps morts. Il se levait souvent la nuit en hurlant parce qu’il faisait de violents cauchemars.

Le jour, il souffrait d’épisodes de panique si graves qu’il pensait faire une crise cardiaque. Mais Jon Hall croyait que cela faisait partie de la profession de policier.

Chez lui, Jon Hall se retrouvait souvent à élever la voix contre sa femme et ses deux jeunes enfants. Il était à la fois impatient et léthargique, portait des bouchons d’oreilles pour entendre le moins de bruit possible.

Un jour, un collègue lui a confié qu’il souffrait de TSPT. « C’était vraiment la conversation la plus embarrassante que j’ai eue avec lui. Pendant les cinq premières minutes, je n’avais aucune idée de comment réagir », raconte-t-il.

« Il n’était jamais venu chez moi. Il ne me connaissait pas personnellement, seulement professionnellement. Et pourtant, il décrivait tout ce par quoi je passais, tout ce que je ressentais à la maison », poursuit-il.

M. Hall a décidé d’aller chercher de l’aide. La conversation avec son collègue l’a incité à évaluer sa propre santé mentale et il croit que plus de premiers répondants devraient faire de même.

Un blogue et des tweets

Depuis qu'il connaît ses problèmes, il a créé un alter ego pour son blogue et sur Twitter pour parler de santé mentale et de son travail au quotidien.

« Pour moi, c’est thérapeutique… Cela me force à m’évaluer personnellement, à penser à ce que je vais écrire et à être en contact avec mes sentiments », explique-t-il.

Déstigmatiser

Les tweets de Jon Hall sont un mélange coloré de conseils sur la sécurité routière, des photos amusantes de lui et de ses collègues au travail et des mèmes drôles en lien avec la circulation.

Il intercale des messages plus sérieux renvoyant à son blogue sur la façon dont il fait face à la dépression et au TSPT, en tant que policier ayant 11 ans de service.

Il lutte ainsi contre la stigmatisation de la maladie mentale dans les rangs de la police.

« Cette culture, j'en ai fait partie. Utiliser des formules négatives, comme le "congé facile", ce sont des choses que j'ai déjà dites par le passé », reconnaît-il en faisant référence à la formule utilisée pour les congés liés à des problèmes de santé mentale.

« Et c'est un des plus grands défis. Ce n'est pas quelque chose qui vient nécessairement de la direction. Nous y participons tous », précise-t-il.

Jon Hall pense devoir suivre un traitement pour le reste de sa vie pour soigner sa maladie mentale. Il fait aussi régulièrement du yoga pour garder son corps et son esprit en forme.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine