Retour

Quand un enfant malade fait les frais des retards de Phénix

Un gestionnaire de Services publics et Approvisionnement Canada dit qu'il est incapable de résoudre le cas épineux d'une employée en congé, dont le fils combat le cancer, à cause des retards engendrés par les ratés du système de paye Phénix.

En dépit de ses efforts, Nathan Nash ne parvient pas à faire approuver la demande de congé de Kalisa Dickenson, une de ses employés, dont le fils, un adolescent de 14 ans, suit une chimiothérapie afin de soigner un cancer de stade 4.

M. Nash est entré en fonction en février, mais il dit que son dossier des ressources humaines n'a pas encore été envoyé à son nouveau ministère. Résultat, il n'est pas en mesure d'effectuer 50 % de ses tâches normales.

Sans ces documents, il soutient qu'il ne peut pas accéder aux outils en ligne pour entrer dans les dossiers de ses 14 employés. C'est ce qui l'empêche d'officialiser le congé de Kalisa Dickenson.

Une procédure administrative complexe

Nathan Nash affirme qu'il a communiqué avec le nouveau Centre d'appels de la paye, établi à Toronto, afin de régler son cas et celui de Mme Dickenson. Cette structure est notamment responsable de trier les demandes des employés ayant un problème de paye et de répondre à leurs questions.

Un employé lui aurait alors répondu que rien ne pouvait être fait dans l'immédiat, parce que leur situation est considérée comme une « priorité 3 » et qu'elle ne relève pas des centres satellites de Gatineau, Shawinigan, Winnipeg et Montréal.

Selon le site de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada, « le groupe de priorité 3 comprend les cas en arriéré. De manière générale, ces cas portent sur le versement de payes supplémentaires, les nominations intérimaires et les promotions. »

Lors de la plus récente mise à jour sur les ratés de Phénix, la sous-ministre de Services publics et Approvisionnement Canada, Marie Lemay, a expliqué que tous les cas de cette catégorie, qui sont intervenus après le mois de juin, ne sont pas considérés comme faisant partie des priorités sur lesquelles se penchent les nouveaux centres satellites.

« J'ai été informé que j'étais une priorité 3. Et comme mon cas datait d'après le 15 juin, ils ne peuvent même pas y accéder dans le système, déplore M. Nash. Ils ne prennent pas de nouveaux cas. »

Nathan Nash en a déduit que sa situation et celle de Mme Dickenson devaient être traitées à Miramichi, comme un dossier normal. Or, il est incapable de trouver le numéro de téléphone pour joindre le centre de paye principal.

Des conséquences concrètes

Kalisa Dickenson ne travaille pas, mais dans la mesure où sa demande de congé n'a pas été traitée, le gouvernement continue à lui verser son plein salaire. Elle craint cependant de dépenser cet argent, parce qu'elle s'attend à devoir le rembourser.

Mme Dickenson mentionne aussi qu'elle ne peut pas présenter une demande à l'assurance-emploi. Comme son congé ne lui a pas été octroyé officiellement par son gestionnaire, elle n'a pas de relevé d'emploi électronique.

Pour ne rien arranger, personne ne peut accéder au dossier de paye de Mme Dickenson, étant donné qu'elle a changé d'emploi en juin, juste avant que son fils ne tombe malade, et que son dossier d'employée n'arrive pas à être transféré par son précédent ministère.

D'après un reportage de CBC

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine