Retour

Quatre filles sur 10 victimes de cyberagression sexuelle à Ottawa

Les filles dans les écoles secondaires francophones d'Ottawa sont les principales victimes d'intimidation à caractère sexuel, surtout par la technologie numérique.

C'est ce que nous apprend une étude réalisée par le Centre francophone d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel à Ottawa, le CALACS.

Josée Larammée, chercheuse communautaire au CALACS, a pris deux ans à comprendre l'ampleur du problème de la cyberagression dans les écoles secondaires francophones d'Ottawa.

Dans l'étude, on apprend que 40 % des filles disent avoir été victimes de cyberagression. Mais toutes reconnaissent avoir vécu, directement ou indirectement une agression de ce genre.

Chez les garçons, ce pourcentage passe à 2 %.

La cyberagression peut prendre toutes sortes de formes : envoi de messages ou de photos sexistes, commentaires intimidants et manipulations dans le cyberespace.

Une des principales recommandations de l'étude est de créer un lien de confiance.

Selon l'étude du CALACS, une grande part de ce sentiment de confiance doit venir des parents et des établissements scolaires.

Selon un reportage de Godefroy Macaire Chabi

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine