Retour

Québec accorde 26,6 M$ pour le prolongement du Rapibus vers l'est

Le gouvernement du Québec accorde une somme de 26 598 854 $ à la Société de transport de l'Outaouais (STO) pour le prolongement du Rapibus à l'est de la Ville, du boulevard Labrosse au boulevard Lorrain, et pour la construction de la station de Lac-Beauchamp.

L'annonce de lundi permet de compléter cette phase deux du Rapibus, en permettant la construction de la voie rapide entre les stations Labrosse et Lorrain.

L'aide de Québec permettra à la STO d'aménager également une station dans le parc du Lac-Beauchamp, tout près d'un quartier résidentiel.

Cette enveloppe représente 75 % budget du projet évalué à 35 465 139 $.

La présidente de la Société de transport de l'Outaouais (STO), Myriam Nadeau, indique que les « résidents de 775 logements avoisinants » pourront s'y rendre à pied.

Les travaux de construction devraient commencer cet automne et la mise en service du nouveau tronçon n'est pas prévue avant 2021.

Le ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports (MTMDET), André Fortin, n'a pas voulu se prononcer sur une aide éventuelle de Québec pour la construction du tronçon entre le boulevard Lorrain et l'Aéroport exécutif de Gatineau-Ottawa, qui, a-t-il souligné, « est à l'étude par la STO ».

« Ça fera certainement partie des demandes de la Société de transport de l'Outaouais lorsqu'elle aura évalué les besoins dans ce secteur-là », a indiqué M. Fortin, ajoutant qu'il était certain que la Ville de Gatineau avait « beaucoup d'autres projets à déposer dans le cadre des différents programmes de transports en commun au cours des prochaines années ».

Cette fois est la bonne?

L'annonce de lundi est le dernier rebondissement dans un dossier qui est dans les cartons depuis 2007.

Prévu dans les plans initiaux, le tronçon allant jusqu'au boulevard Lorrain avait été retranché en 2009. Le gouvernement provincial avait annoncé son retour la même année, avant qu'il soit de nouveau retiré en 2011, en raison de dépassements de coûts.

En avril 2012, le député de Papineau et ministre responsable de l'Outaouais de l'époque, Norm McMillan, s'était engagé au nom de son gouvernement à remettre le tronçon de 2,8 km, du boulevard Labrosse au boulevard Lorrain, dans le projet du Rapibus, mais sans y attacher d'enveloppe.

En 2017, Ottawa et Québec avaient investi plus de 31 millions de dollars pour entamer cette deuxième phase du Rapibus. L'argent avait été consacré à la construction de la station Lorrain et à l'aménagement d'un stationnement incitatif de 250 places.

Le Rapibus, un succès selon la STO

Les responsables de la STO soutiennent que la voie rapide a fait ses preuves.

« Le taux de fiabilité des temps de voyage est passé de 78 à 93 % dans le secteur desservi par le Rapibus », a indiqué Mme Nadeau.

Les déplacements en autobus des citoyens, depuis l'entrée en service du Rapibus, auraient augmenté de 70 % dans les secteurs de Buckingham, de Masson-Angers et de Gatineau vers le secteur de Hull et de 47% dans le secteur de Gatineau.

Par ailleurs, la STO doit rendre public cette semaine un sondage sur la satisfaction de sa clientèle, qui montrerait que c'est dans le secteur de Gatineau que les usagers sont les plus satisfaits.

Avec les informations de Laurie Trudel et Jérôme Bergeron

Plus d'articles

Vidéo du jour


10 choses à savoir sur le « Cyber Monday »