Alors que la Ville d'Ottawa envisage à court terme de bloquer l'accès au pont Prince-de-Galles, qui relie Ottawa à Gatineau, d'autres rêvent de le faire revivre.

Un consortium constitué de 12 entreprises poursuit ses démarches pour y installer un corridor de transport ferroviaire interprovincial de passagers.

MOOSE (Mobilité Outaouais-Ottawa : Systèmes et Entreprises) a présenté une demande à l'Office des transports du Canada au début de l'été, pour obtenir l'autorisation du gouvernement fédéral de procéder à la création d'un service, qui parcourrait 400 km.

Le projet vise à créer un réseau de transport ferroviaire pour desservir les secteurs urbains et ruraux de l'est de l'Ontario et de l'ouest du Québec, grâce aux corridors et aux ponts déjà existants.

Le service de transport s'agencerait au système de train léger sur rail d'Ottawa ainsi qu'au Rapibus.

Le consortium propose de s'arrimer avec la station Bayview, aux plaines LeBreton, et avec la gare VIA Rail, sur le chemin Tremblay.

Trois trains de passagers à deux étages fonctionnant au diesel et à l'électricité offriraient un service quotidien à Montebello, à Bristol, à Alexandria, à Anrprior et à Smith Falls.

Faire traverser le O-Train

Selon le maire d'Ottawa, Jim Watson, le pont Prince-de-Galles permettrait au O-Train de se rendre à Gatineau, mais il s'agit d'un projet à long terme.

Entre-temps, la Ville envisage de restreindre davantage l'accès au pont pour des raisons de sécurité, car la Municipalité s'expose à des poursuites en cas d'accident.

De nombreuses personnes empruntent l'ancien pont ferroviaire tous les jours, afin de traverser la rivière des Outaouais.

Une pétition pour faire renaître le pont

Par ailleurs, près de 1400 personnes demandent à la Ville d'Ottawa de ne pas installer de barrières et de préserver l'accessibilité au pont Prince-de-Galles.

Dans une pétition en ligne, qui sera présentée aux villes d'Ottawa et de Gatineau, et à la Commission de la capitale nationale (CCN), on demande que le pont soit plutôt aménagé pour les cyclistes et les piétons.

L'installation de dispositifs de sécurité est également réclamée.

Les responsables de la pétition estiment que les trois ordres de gouvernement devraient travailler ensemble pour se partager les coûts. C'est d'ailleurs ce qui a été fait, soutient le maire Watson.

Une étude a été réalisée pour évaluer la possibilité de convertir la structure en pont piétonnier et en piste cyclable.

Jim Watson explique que cela aurait coûté 10 millions de dollars et que devant le manque d'intérêt de la Ville de Gatineau et de la CCN à participer financièrement au projet, l'idée a été abandonnée.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine