Retour

Qui sont ces hérauts qui créent les armoiries du gouverneur général?

La nouvelle gouverneure générale du Canada, l'astronaute Julie Payette sera assermentée lundi. Elle recevra également, comme le veut la tradition, ses propres armoiries, conçues par le Héraut d'armes du Canada. Mais qui sont les hérauts et en quoi consiste leur travail?

Un texte de Sophie Hautcoeur

Samy Khalid se décrit comme un Franco-Ontarien d'adoption. Originaires de Suisse, ses parents immigrent au Canada alors qu'il est enfant et après un bref passage à Montréal, ils décident de s'établir à Ottawa.

La famille de Samy Khalid a aussi la particularité de posséder des armoiries qui l'ont toujours fasciné.

Après des études en histoire et l'obtention d'un doctorat à l'Université d'Ottawa, il se présente à un concours du gouvernement du Canada qui recherche un héraut d'armes, c'est-à-dire un spécialiste et créateur d'armoiries.

Depuis plus de trois ans et demi, Samy Khalid travaille donc à l'Autorité héraldique du Canada.

Les origines de la tradition

Selon Samy Khalid, l'Autorité reçoit entre 100 et 200 dossiers par an.

Cette année, elle en a eu un très spécial, celui de la nouvelle gouverneure générale du Canada, l'astronaute Julie Payette.

Claire Boudreau, Héraut d'armes du Canada et directrice de l'Autorité héraldique, explique que la tradition des armoiries pour les gouverneurs généraux remonte à la création de la Confédération canadienne.

« Au départ, les gouverneurs généraux étaient anglais, donc jusqu'aux années 1950 c'était des armoiries qui étaient faites en Angleterre. Ensuite, on a eu des gouverneurs généraux canadiens », explique l'historienne.

Mais c'est au Moyen-Âge que l'on trouve les premières armoiries.

Aujourd'hui, ce type d'emblème demeure important selon Claire Boudreau, car il permet de raconter l'histoire des personnes et des organismes visuellement, « ce que le logo réussit moins parce que ce sont des formes qui sont plus dirigées vers le marketing. [...] Je pense qu'il y a la place pour les deux types : héraldiques et non héraldiques ».

Un processus rapide

Le processus de création des armoiries est le même que ce soit pour un gouverneur général que pour tout autre personne ou organisation. La seule différence pour celles d'un gouverneur général est que le temps est plus limité.

Claire Boudreau, qui a conçu les armoiries de Julie Payette, mais aussi de ses prédécesseurs, David Johnston et Michaëlle Jean, explique que dès qu'elle sait qui sera le prochain gouverneur général, elle organise une rencontre.

Autant d'éléments dont le héraut peut s'inspirer pour trouver des symboles afin de transmettre l'identité, l'histoire et le message de la personne.

Le héraut n'est d'ailleurs pas le seul à se préparer.

Après une ou deux réunions, un dessin préliminaire est réalisé par un artiste et puis d'autres si des modifications doivent être apportées.

Les armoiries de David Johnston

Par exemple, l'actuel gouverneur général, David Johnston, s'était orienté vers les thèmes de la créativité, de l'apprentissage et des liens sociaux.

« Quand on regarde ses armoiries, ce qui frappe, ce sont les magnifiques licornes qui sont de chaque côté. Les licornes symboles de l'imagination », dit Claire Boudreau.

Les cinq livres du cimier au sommet symbolisent l'apprentissage et ses cinq filles. Le filet dans l'écu au centre représente le réseau familial et professionnel.

Les armoiries des gouverneurs généraux se retrouvent notamment sur les médailles académiques remises aux élèves et étudiants dans les écoles secondaires, les collèges et les universités du Canada et sur leur sceau personnel.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine