Une soixantaine de personnes, principalement des représentants syndicaux et d'organismes progressistes, ont manifesté samedi sur la colline du Parlement avec un message simple : les Canadiens peuvent se donner un meilleur gouvernement que celui en place.

La coalition « Nous pouvons faire mieux » invite les citoyens canadiens à évaluer l'impact des politiques conservatrices en matière d'environnement, d'économie, de justice sociale ou d'éducation.

Si la coalition n'appuie pas officiellement le Parti libéral ou le Nouveau Parti démocratique (NPD), elle souhaite que les électeurs se rendent aux urnes le 19 octobre, aux dires de la présidente de l'Association canadienne des employés professionnels, Emmanuelle Tremblay.

Les syndicats, tout comme d'autres groupes de gauche, ne souhaitent pas seulement que défaire le gouvernement de Stephen Harper. Ils veulent aussi que le mode de scrutin change au pays, selon Réal Lavergne, porte-parole du Conseil national de représentation équitable au Canada.

« On a un déficit démocratique extraordinaire dans ce pays, on a besoin de rejoindre le reste du monde », explique M. Lavergne. « La plupart des pays au monde, les pays les plus démocratiques, ont la représentation proportionnelle. »

Même si la mobilisation a été modeste, les syndicats et les groupes progressistes indiquent que les Canadiens sont prêts pour du changement.

À trois semaines du scrutin, ils promettent d'intensifier leurs efforts pour obtenir du changement aux communes.

Selon un reportage du journaliste Mathieu Gohier

Plus d'articles

Commentaires