Retour

Réactions partagées envers l’élargissement du registre du patrimoine de la Ville d’Ottawa

La Ville d'Ottawa a récemment décidé d'ajouter plus de 350 maisons à son registre du patrimoine, une initiative qui est autant critiquée que saluée par certains citoyens.

Sheena Pritchard habite dans sa résidence de la promenade Echo depuis 53 ans. Même si elle ne compte pas déménager ou rénover son domicile, elle n’est pas favorable à ce que la Ville ajoute sa maison au registre du patrimoine.

Mme Pritchard a rapporté aux membres du Sous-comité du patrimoine bâti, jeudi, qu’elle avait eu un « choc terrible » quand elle avait reçu une lettre de la Municipalité l’informant que sa résidence faisait l’objet d’études en vue d’un éventuel ajout au registre, plus tôt cette année.

« Je m’inquiète beaucoup de notre capacité à vendre notre maison quand ce sera nécessaire », a-t-elle précisé, ajoutant du même souffle que beaucoup de propriétés inscrites au registre appartiennent à des aînés comme elle.

Aucune désignation patrimoniale

Le registre est un inventaire de bâtiments ayant un style architectural patrimonial. Il ne confère toutefois pas une désignation d’édifice à valeur patrimoniale aux maisons visées.

Le fait de posséder une résidence inscrite au registre n’impose aucune limite à un propriétaire qui voudrait rénover, modifier ou agrandir son domicile.

Le registre exige cependant des propriétaires qui voudraient détruire un bâtiment inventorié de faire parvenir un avertissement écrit à la Ville 60 jours avant le début des travaux.

Cette période permet à la Municipalité de négocier avec le propriétaire ou encore de déterminer si elle veut accorder à la maison une valeur patrimoniale.

Toutefois, le conseiller municipal Tobi Nussbaum, président du Sous-comité du patrimoine bâti, explique que le registre « n’est pas la première étape pour désigner une maison comme ayant une valeur patrimoniale ».

Approbation

La Ville a évalué 3100 propriétés dans les quartiers Vieil Ottawa-Sud et Vieil Ottawa-Est avant de décider d’en ajouter 357 au registre.

Cette liste sera ensuite soumise au Comité de l’urbanisme, puis à l’approbation du conseil municipal.

Pour être ajouté au registre en question, une résidence peut, par exemple, détenir des caractéristiques architecturales des années 1920 - comme des corniches, des pignons décoratifs ou des porches ornementés.

John Calvert, qui habite sur l’avenue Belmont dans le Vieil Ottawa-Sud, a manifesté son appui au registre devant le Sous-comité, même si sa maison n’y est pas inscrite.

M. Calvert est actif auprès du Ottawa South History Project, un organisme qui a publié des détails au sujet de nombreuses maisons patrimoniales dans ce quartier depuis les dix dernières années.

« Nous avons une responsabilité envers notre communauté. Nous devons nous dire : "J’ai une maison avec une devanture magnifique. Les gens méritent d’avoir un avis de 60 jours avant que je ne supprime la maison de la collectivité" », a-t-il expliqué.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine