Retour

Réactions partagées face à un festival de montgolfières de 100 jours

L'idée d'un Festival de montgolfières de 100 jours à Gatineau est plutôt bien accueillie par les caravaniers habitués de l'évènement. Or, les résidents qui doivent vivre avec tous les contrecoups du festival voient les choses autrement.

Les organisateurs du Festival de montgolfières de Gatineau proposent d'ouvrir le parc de la Baie aux caravaniers durant 100 jours.

L'évènement est l'une des activités préférées d'un couple de Châteauguay.

Dès que Lucien a appris que l'an prochain, il pourrait rester plus longtemps dans le parc de la Baie, il a commencé les préparatifs.

« Ça ne veut pas dire que tu es obligée de rester ici 100 jours, tu peux rester ici 2 semaines puis après aller faire quelque chose d'autre ailleurs », explique Lucien.

Comme lui, de nombreux autres caravaniers aimeraient profiter de cette occasion.

« c'est sûr que si on pouvait on resterait », dit une festivalière qui campe sur le site.

« si la programmation nous intéresse c'est sûr qu'on viendrait à plusieurs reprises », ajoute une autre.

L'organisation du festival veut souligner à la fois le 150e anniversaire de la Confédération canadienne ainsi que son 30e anniversaire.

Source de nuisance dans le quartier?

Un camping serait donc aménagé sur le site du parc de la Baie pendant plusieurs semaines, au grand dam des résidents du quartier de la Pointe-Gatineau.

Certains résidents croient que la présence d'un long festival serait dérangeante.

« Les caravanes, ça fait quand même du bruit, je ne sais pas si vous entendez surtout ici toute la tuyauterie de la rue », s'inquiète un résident

D'autres sont prêts à partager leur secteur en bord d'eau, dont la rue Jacques-Cartier vient d'être complètement réaménagée.

« On a une belle étendue de la Baie, ça fait du tourisme », croit un résident.

Ce que souhaitent les autorités municipales, c'est que le projet soit accepté par les résidents de l'endroit.

D'autres étapes restent encore à franchir, comme celle de s'assurer du respect des normes environnementales, car le site est un ancien dépotoir.

« Je ne crois pas qu'il y aura un blocage à ce niveau-là c'est juste que il y a des délais à respecter puis on est en attente des réponses », estime Guy Leblanc, président du Festival de montgolfières de Gatineau.

Si le projet va de l'avant, les organisateurs précisent que les caravaniers n'auraient pas accès à tous les services, comme c'est le cas lors du festival.

Selon un reportage de Godefroy Macaire Chabi

Plus d'articles

Commentaires