Retour

Recensement 2016 : Ottawa-Gatineau en tableaux et en chiffres

Les plus récentes données du recensement 2016 révèlent que le Canada, avec ses 35,2 millions d'habitants, a connu entre 2011 et 2016 une croissance démographique de 5 %. Ce taux de croissance est légèrement inférieur à ce qui avait été observé il y a cinq ans, où le taux était de 5,9 %. La région d'Ottawa-Gatineau connaît elle aussi un ralentissement de croissance qui profite, surtout, à certaines grandes villes de l'Ouest canadien.

Un texte d'Angie Bonenfant

Ottawa-Gatineau, qui occupait la quatrième position des régions métropolitaines de recensement (RMR) les plus peuplées en 2011, a été devancée par Calgary, en 2016.

Au jour du recensement, le 10 mai 2016, la métropole albertaine comptait 1 392 609 habitants, contre 1 323 783, pour la région de la capitale nationale.

Le taux de croissance démographique d'Ottawa-Gatineau est passé de 9,0 %, en 2011, à 5,5 %, en 2016. Ottawa-Gatineau est la région métropolitaine de recensement parmi les plus peuplées qui a connu la plus forte décroissance démographique.

Il y a moins de Québécois et d'Ontariens qui viennent s'installer dans la région d'Ottawa-Gatineau.

Laurent Martel, Statistique Canada

« La croissance est plus faible que la période précédente, parce qu'il y a moins de personnes de l'extérieur qui choisissent de s'établir ici », a expliqué le démographe Laurent Martel, de Statistique Canada.

Les plus hauts taux de croissance

« Ce que l'on observe, globalement, c'est que les municipalités situées aux périphéries des régions métropolitaines de recensement connaissent de forts taux de croissance », a indiqué M. Martel. « Par exemple, à Val-des-Monts, la hausse démographique est particulièrement plus importante que celle observée à Gatineau, située au centre de la RMR. »

Les municipalités de la région d'Ottawa-Gatineau qui ont connu des hausses notables de croissance, selon les observations du démographe, sont Val-des-Monts, Cantley, Russell, North Greenville et Clarence-Rockland.

« Ces municipalités, contrairement à Gatineau ou à Ottawa, croissent rapidement! », a-t-il dit.

Les plus faibles taux de croissance

Le recensement 2016 démontre que les municipalités situées dans l'est du pays sont en perte de croissance. Ce constat est particulièrement criant dans les provinces atlantiques et en Ontario. Les Canadiens se sont déplacés vers l'Ouest, est-il indiqué dans le recensement.

Même si la croissance dans Ottawa-Gatineau est plus élevée que la moyenne nationale, certaines municipalités de la région métropolitaine d'Ottawa-Gatineau démontrent une décroissance importante.

« Cette diminution peut engendrer plusieurs défis pour les décideurs municipaux responsables de livrer de nombreux services directs touchant la vie quotidienne des Canadiens, puisqu'une diminution démographique peut, entre autres, avoir un impact sur les revenus fiscaux », selon le document.

Autres données

Le taux de croissance de la ville de Gatineau, en 2016, est de 4,1 %. La population de la quatrième ville en importance du Québec est évaluée à 276 245 personnes.

À noter que Chelsea fait partie d+u palmarès des 30 municipalités canadiennes de 5000 habitants et plus ayant un des taux de décroissance les plus élevés.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine