Retour

Recours collectif contre un dentiste radié, recyclé en podologue douteux

Un ancien patient de Pierre Dupont, un dentiste radié à vie au Québec qui a refait sa vie à Ottawa, en Ontario, comme podologue, a déposé une demande en recours collectif contre lui, son entreprise, et l'Ordre des podologues de l'Ontario.

Une douzaine d'autres patients l'appuieront dans sa démarche. Les plaignants réclament 15 millions $ en dommages et intérêts.

« Les préoccupations à l'endroit de M. Dupont sont multiples », a déclaré l'avocat Darcy Merkur, associé chez Thomson Rogers, le cabinet d'avocats de Toronto qui représente la poursuite.

En avril dernier, une enquête de Radio-Canada/CBC révélait que Pierre Dupont a créé et inséré de faux implants dans le pied de certains de ses patients. Il a même inséré ces copies modifiées dans les deux pieds d'un enfant.

Les plaignants affirment avoir souffert de problèmes psychologiques et financiers. Certains d'entre eux ont dû payer pour des interventions chirurgicales et plusieurs n'ont pas été en mesure de travailler après leur opération.

La poursuite soutient que l'Ordre des podologues de l'Ontario a manqué à son devoir de protéger le public en ne divulguant pas l'information au public à propos des erreurs et des plaintes au sujet de M. Dupont. Elle prétend aussi que l'Ordre a enfreint son propre règlement qui exclut « tout candidat qui a été reconnu coupable de mauvaise conduite ou d'incompétence ».

Pierre Dupont avait été radié à vie en 2005 après avoir plaidé coupable à 33 chefs d'accusation liés à une dizaine de patients lorsqu'il était dentiste au Québec. Sa pratique avait été qualifiée de dangereuse. L'une de ses clientes était d'ailleurs décédée après avoir fait un arrêt cardio-respiratoire sur sa chaise durant une opération.

Interrogée à ce sujet, la porte-parole de l'Ordre des podologues de l'Ontario, Felicia Smith, a indiqué qu'il y avait parfois des exceptions.

« Cela ne signifie pas que si le demandeur a un verdict de faute professionnelle dans une autre profession, peu importe depuis combien de temps et quelle que soit la faute réelle était, que le requérant ne peut jamais être enregistré en tant que podologue en Ontario. La demande et tous les faits pertinents doivent être pris en considération par le comité d'inscription », a-t-elle fait valoir.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine