Retour

Rendre l’économie « rigolote », le pari du Musée de la Banque du Canada

Le tout nouveau Musée de la Banque du Canada, qui a ouvert ses portes le 1er juillet, s'est donné tout un défi : faire connaître le rôle de l'institution et éduquer les visiteurs sur l'économie.

La modernisation du siège de la Banque a permis de réinventer et de donner pignon sur rue au musée, qui est situé sous la terrasse de la Banque à l’intersection des rues Bank et Wellington, au centre-ville d’Ottawa.

Il faut savoir que le bâtiment central de la Banque du Canada a été bâti dans les années 1930, puis un atrium et deux tours de verre, conçu par l’architecte Arthur Erickson, ont été ajoutés dans les années 1970.

En ce qui concerne la terrasse, la vision initiale d'Erickson s'articulait autour d'un espace public dynamique, mais cette idée ne se concrétisa pas. Le cabinet Perkins et Will, qui était responsable des récentes rénovations, lui a donné vie en utilisant d'autres travaux d'Erickson comme inspiration, par exemple le pavillon du Canada conçu pour l’exposition universelle d’Osaka en 1970.

Conformément aux plans de M. Erickson, une grande terrasse comprenant trois pyramides vitrées aux toits verts a été édifiée. C’est la plus imposante d’entre elles qui sert d’entrée au nouveau Musée de la Banque du Canada.

Des changements à l’intérieur

Si les premiers changements notables sont visibles dès l’extérieur du musée, les locaux ont eux aussi subi une cure de jouvence d'environ 16,3 millions de dollars. L'ensemble des travaux réalisés au siège de la Banque du Canada se chiffre à 460 millions de dollars.

« Ce n’est pas pour n’importe quoi qu’on a utilisé cet argent. C’est vraiment pour la rénovation du bâtiment en tant que tel », explique la coordonnatrice des services aux visiteurs au Musée de la Banque du Canada, Michelle Prévost-Bisson. « Avec le tremblement de terre qui était arrivé il y a quelques années, plusieurs des bâtiments sur la colline du Parlement ont dû changer leur protocole et faire des rénovations. »

Le site abritait auparavant le Musée de la monnaie, qui avait ouvert ses portes en 1980. Comme il n’avait pas été rénové depuis, l'administration en a profité pour changer le nom et la mission du musée, en plus de lui donner un coup de jeunesse.

En effet, la Banque du Canada avait effectué des études qui avaient révélé que les Canadiens ne connaissent pas bien le rôle du musée.

« La Banque du Canada, c’est vraiment la gestion de l’économie du pays. L’émission de billet de banque n’est qu’une fonction de la Banque du Canada », rappelle le conservateur de la Collection nationale de la monnaie, David Bergeron.

Séduire à tout prix

Le Musée de la monnaie était une sorte de coffre-fort géant qui servait d’écrin aux 110 000 objets que compte la collection.

Le nouveau Musée de la Banque du Canada se veut quant à lui un outil pédagogique avec une dimension expérientielle.

Le parcours est désormais plus interactif, avec par exemple un bracelet « intelligent ». Ce dernier, qui est remis aux visiteurs au début de leur parcours, enregistre notamment les préférences linguistiques des usagers. Il est aussi possible de dessiner son propre billet de banque, avec sa photo dessus.

Le Musée espère que ces nouveaux attraits suffiront à séduire les millénaux, mais aussi les jeunes familles. Un défi qui est en passe d’être relevé, puisque depuis son ouverture en juillet, le nombre de visiteurs équivaut à celui que le Musée de la monnaie avait reçu entre janvier et août en 2013 - année de sa fermeture pour le début des rénovations.

Plus d'articles

Commentaires