Retour

Rentrée à Queen's Park ce matin : automne chargé en perspective

La rentrée s'amorce sous le signe de la contestation. Dans le secteur de l'éducation, la ministre Liz Sandals a évité de peu une grève générale des enseignants, mais elle n'est pas au bout de ses peines.

Un texte d'Alex Boissonneault

Alors que les enseignants du réseau catholique anglais et des écoles publiques anglaises du secondaire ont conclu des ententes de principe avec le gouvernement au cours des dernières semaines, l'Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) a annoncé qu'elle entamera une grève du zèle à compter de vendredi. Les négociations contractuelles sont actuellement suspendues entre le syndicat et la province. Ces moyens de pression s'ajouteront à ceux des enseignants des écoles élémentaires publiques anglaises qui attendent également leur contrat de travail.

Or ce n'est pas le seul caillou dans le soulier de la ministre Sandals. Sa réforme de l'éducation sexuelle se bute toujours à une forte opposition. Des parents de plusieurs centaines d'élèves ont refusé que leurs enfants aillent en classe pour la première semaine d'école. Ils dénoncent le nouveau programme, qui est à leur avis trop vulgaire. Des actes de vandalisme ont même été rapportés dans deux écoles torontoises.

Réformes, élections fédérales et fantômes du passé

La contestation fait rage aussi dans le secteur de l'énergie, surtout en raison de la privatisation partielle d'Hydro-One, décriée par l'opposition. Le gouvernement libéral a prévu vendre jusqu'à 60 % des actions de la société d'État, de quoi générer des recettes estimées à 9 milliards de dollars, dont 4 seraient réinvestis par la suite dans les infrastructures. La chef néo-démocrate Andrea Horwath s'est adressée aux médias en matinée pour dénoncer cette décision, précisant que le NPD allait en faire un enjeu prioritaire au cours des prochaines semaines. 

La rentrée parlementaire se tient par ailleurs en pleine campagne électorale fédérale. Or Kathleen Wynne devra sans doute répondre dans les prochaines semaines de sa prise de position pour l'équipe libérale de Justin Trudeau. Pour justifier son choix, la première ministre a invoqué le refus de Stephen Harper d'appuyer son régime de retraite provincial, un autre projet qui devrait occuper une place importante dans l'agenda du gouvernement cet automne.

Kathleen Wynne peut certainement compter sur sa majorité de 59 députés (sur 107) pour imposer ses priorités en chambre, mais en revanche, ses réformes doivent composer avec un budget déficitaire.

Faut-il rappeler enfin que l'ère des scandales n'est pas terminée pour le Parti libéral, toujours visé par trois enquêtes de la Police provinciale de l'Ontario. La première vise à faire la lumière sur des allégations de corruption lors de l'élection partielle de Sudbury. La PPO enquête aussi sur de possibles malversations financières au service provincial d'ambulances aériennes Ornge ainsi que sur l'effacement de courriels gouvernementaux liés à la coûteuse annulation, par les libéraux, de deux projets de centrales électriques avant les élections de 2011.

Un nouveau chef dans l'arène

Tout juste élu dans la circonscription de Simcoe-Nord lors d'une élection partielle, le conservateur Patrick Brown fait sa première entrée en chambre. Le nouveau chef de l'opposition officielle n'a jamais siégé comme député provincial.

D'emblée, il promet de faire la politique autrement en rejetant notamment la partisanerie. Il se dit prêt à féliciter le gouvernement pour ses bons coups et à le critiquer pour ses mauvais. Il demande une rencontre « dès que possible » avec la première ministre Kathleen Wynne.

Patrick Brown devra établir son leadership sur un parti divisé entre ses éléments progressistes et conservateurs. Son cabinet fantôme fait réagir : ses alliés de la première heure, Rick Nicholls et Monty McNaughton occuperont respectivement les rôles de porte-parole pour la sécurité communautaire et les services correctionnels, et de porte-parole pour le développement économique, l'emploi et les infrastructures. Les deux députés, associés aux milieux plus conservateurs et religieux, se sont opposés à la réforme du programme d'éducation sexuelle.

Quant à l'opposition néo-démocrate, elle compte surtout se consacrer à dénoncer la vente d'Hydro One. La formation d'Andrea Horwath a l'intention de s'opposer vigoureusement à la privatisation partielle de la société d'État. En plus du milieu syndical, le NPD est d'ailleurs convaincu d'avoir l'appui des Ontariens dans ce dossier.

Hommage à la reine

Les travaux à Queen's Park ont commencé par un hommage à la reine Élisabeth II, soulignant ses réalisations extraordinaires. Après 63 ans sur le Trône britannique, le monarque de 89 ans a battu mercredi le record de longévité, anciennement tenu par son arrière-arrière-grand-mère Victoria.

La première intervention de Patrick Brown en chambre a d'ailleurs été : « God save the Queen ».

Plus d'articles

Commentaires