Retour

Rentrée scolaire : pénurie d'employés dans des écoles catholiques d'Ottawa

Le Conseil des écoles catholiques du centre-est (CECCE) fait face une forte pénurie d'employés due à une hausse imprévue du nombre d'élèves inscrits pour la rentrée prochaine. Il cherche donc à recruter une centaine de personnes en enseignement.

« L'année dernière, on a été surpris par une croissance inattendue d'élèves dans l'ensemble de nos écoles. Plus de 1100 nouveaux élèves qui se sont inscrits alors qu'on en prévoyait environ 370 », explique la directrice exécutive des ressources humaines du CECCE, Laurie-Ève Bergeron.

Elle juge que cette hausse « met une pression supplémentaire sur le personnel qualifié ».

Outre l'augmentation d'inscriptions, les départs à la retraite, le détachement des enseignants ainsi que le désintérêt pour la profession accentue la pénurie d'enseignants.

Mme Bergeron déplore le fait que de moins en moins de personnes s'intéressent à l'enseignement, un constat aussi dressé dans d'autres commissions scolaires au Québec.

« Si on regarde les chiffres de l'Ordre des enseignants de l'Ontario, on a de moins en moins de gens qui s'inscrivent et particulièrement dans les programmes francophones », constate Mme Bergeron.

Postes à pourvoir

Pour la rentrée de septembre, le CECCE recherche 140 postes réguliers en enseignement : 100 à l'élémentaire et intermédiaire, 35 au secondaire et 5 dans des classes distinctes. Par ailleurs, il cherche aussi à pourvoir plus de 50 postes en suppléance à long terme.

Dès le début du mois d'avril, les ressources humaines ont organisé une foire d'emplois et affiché leurs postes vacants. Tous les postes sont visés : travailleurs sociaux, concierges, bibliotechniciens, mais aussi dans des secteurs comme le secrétariat, l'actualisation de la langue française, la finance, le marketing et les communications.

« Il faut se démarquer et dire qu'on a des emplois importants du côté francophone », croit Mme Bergeron. « On sait que le défi ne disparaitra pas l'année prochaine. »

À ce titre, elle fait valoir que les employés peuvent accéder à un poste régulier plus rapidement qu'au Québec, que les classes sont plus petites et que le CECCE offre des opportunités d'apprentissage du personnel.

Au total, 23 500 élèves fréquentent 43 écoles élémentaires, 12 écoles secondaires et une école pour adultes, selon le site internet du CECCE.

Plus d'articles