Retour

Reprise des négociations aujourd'hui entre les enseignants francophones et la province

Le président de l'Association des enseignants franco-ontariens (AEFO) retourne à la table des négociations avec le gouvernement aujourd'hui en « espérant conclure une entente » avant vendredi, date à laquelle une grève du zèle doit être déclenchée, faute d'un accord.

Les discussions avaient été suspendues dimanche soir, afin de « faire le point, prendre un peu de recul et être capable d'analyser [la situation] avec la tête froide », expliquait M. Jolin.

Les avantages sociaux, l'autonomie et la charge de travail des enseignants sont les principales pommes de discorde, selon l'AEFO.

Le syndicat se défend d'en vouloir plus que la mince augmentation de salaire et la journée pédagogique supplémentaire accordés aux enseignants des écoles catholiques anglaises et publiques anglaises du secondaire dans le cadre d'accords de principe au cours des dernières semaines. L'AEFO, qui représente 10 000 enseignants, dit vouloir l'équité, pas l'égalité, sans donner de détails.

Pour sa part, la ministre de l'Éducation, Liz Sandals, a dit qu'il revenait aux deux syndicats qui n'ont toujours pas signé d'entente, soit l'AEFO et la Fédération des enseignants de l'élémentaire (écoles anglaises), d'expliquer pourquoi ils refusent d'accepter les termes des accords conclus avec leurs collègues des réseaux catholiques anglais et public anglais du secondaire. Elle précise que ces ententes de principe ne prévoient aucune augmentation du nombre d'élèves par classe ni de changement au temps de préparation des enseignants.

En juin, les enseignants franco-ontariens ont voté à 93 % en faveur d'un débrayage si une entente ne peut pas être conclue.

Grève du zèle : tâches qui seraient boycottées 

  • Toute rencontre avant et après la journée de travail
  • Toute activité parascolaire
  • Toute initiative du ministère de l'Éducation
  • Toute évaluation diagnostique prescrite par le conseil scolaire
  • Toute campagne de financement
  • Toute sortie éducative
  • Toute tâche associée aux évaluations de l'OQRE
  • Pour les bulletins, les enseignants se contenteraient de remettre les notes finales à la direction, sans fournir de commentaires aux parents des élèves ni offrir de les rencontrer après les heures de travail.

Plus d'articles

Commentaires