Retour

Reprise des négociations pour 17 CPE en Outaouais

Des pourparlers entre la CSN, le syndicat représentant 17 centres de la petite enfance (CPE) en Outaouais, et la partie patronale ont repris samedi.

Une centaine d’éducatrices des CPE syndiqués en Outaouais se sont rassemblées devant l'hôtel Holiday Inn Express où les négociations ont débuté.

La présidente du syndicat, Mélanie Beauchamp, espère parvenir à une offre.

« On s'apprête à négocier avec un conciliateur pour les quatre clauses : la durée de travail, le choix de groupes, le choix d'horaires et la période de repos. On est très fébrile et on sent qu'ils [les manifestants] sont derrière nous », a réagi la présidente.

Mercredi, les éducatrices de 17 CPE ont voté à 89 % pour une grève générale illimitée.

« C'est sûr que notre but n'est pas d'aller en grève, mais on a une carte dans notre poche et on va l'utiliser quand ce sera jugé opportun », a-t-elle ajouté.

Les parents, qui ont dû subir les désagréments d'une grève de quatre jours des éducatrices, souhaitent un règlement rapide du conflit.

« La grève a un impact au niveau financier et au niveau du travail parce qu'on doit s'absenter des demies-journées et des journées complètes. [...] On a trouvé ça plutôt difficile, surtout pour la stabilité de l'enfant. [Ma fille] s'est promenée une demi-journée au travail, l'autre à la maison. Elle est allée chez sa tante et son grand-père », a indiqué Karina Desjardins.

L'Association patronale des CPE syndiqués de l'Outaouais n'a pas voulu commenter les négociations en cours.

Avec les informations de Jacaudrey Charbonneau et de Yasmine Mehdi

Plus d'articles