Retour

Restaurant le jour, bar le soir : une tendance au marché By à Ottawa

La transformation de restaurants en bars la nuit tombée, même si ce n'est pas leur vocation première, est un phénomène qui prend de l'ampleur et qui inquiète des résidents du quartier du marché By à Ottawa.

L'Association communautaire de la Basse-Ville (ACBV) réclame l'intervention de la mairie pour mettre un terme à cette situation.

Le salon de coiffure HQ Headquarters, situé sur la rue Clarence, a obtenu un permis d'alcool pour son restaurant. Le commerce appartient aux mêmes propriétaires que la boîte de nuit Cavali et le bar Atari.

Cette situation ne plaît pas aux résidents du quartier, dont Sylvie Grenier, présidente du comité d'urbanisme de l'ACBV.

« On dit que c'est un salon de coiffure, mais la licence est donnée jusqu'à deux heures le matin et il y a une capacité de 200 personnes, donc vous pouvez déduire vous-même qu'est-ce qui va arriver là », s'inquiète Mme Grenier.

Pas un cas unique

La Ville d'Ottawa est préoccupée par la situation, car il y a plusieurs autres cas semblables.

« Présentement, la Ville est en processus d'investigation sur dix commerces qui auraient le droit d'être un restaurant, mais qui n’ont pas le droit d'être un bar ou un club de nuit », explique le conseiller du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury.

Le copropriétaire de la boutique de vêtements l'Hexagone, Yannick Beauvalet, soutient que le marché By a encore beaucoup à offrir, la nuit comme le jour.

« C'est vrai qu'il y a plus de bars qu'il y en avait, mais le marché n'a pas perdu son but original. Il y a encore beaucoup de commerçants indépendants, il y a encore beaucoup de nourriture. Oui, il y a plus de restos, il y a plus de bars, le marché a fait une petite tangente vers la nuit, mais de jour il se passe encore plein de choses », ajoute M. Beauvalet.

La Ville d'Ottawa n'abandonne pas la partie, elle veut convaincre la Commission des alcools et des jeux de l'Ontario de faire en sorte que ses permis d'alcool respectent le zonage municipal et qu'un restaurant ne puisse pas se transformer en boîte de nuit.

Avec les informations de Gilles Taillon

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce chat paresseux n'ouvre même pas les yeux pour miauler





Rabais de la semaine