Retour

Retour à la case départ dans le procès de Marc Jémus

Le procès de Marc Jémus, qui devait se poursuivre au palais de justice de Gatineau, lundi, recommencera à une date ultérieure. Les procédures criminelles contre l'homme d'affaires devront reprendre de zéro, puisque le juge Valmont Beaulieu a dû s'absenter pour des raisons de santé

M. Jémus est accusé par la Gendarmerie royale du Canada (GRC) d'avoir soutiré plus de 6 millions de dollars à des dizaines de petits investisseurs, entre 2001 et 2006.

L'homme d'affaires a été reconnu coupable, en octobre 2014, par un tribunal administratif, de courtage illégal et d'avoir vendu des actions sans prospectus. Il avait été accusé par l'Autorité des marchés financiers (AMF).

Procès au criminel

Le procès de M. Jémus au criminel a commencé en mars 2016. Il y a déjà eu 10 jours d'audience, au cours desquels plusieurs témoignages d'experts ont été entendus.

Ces experts n'auront toutefois pas à se représenter en cour, indique la procureure de la Couronne, Geneviève de Passillé.

Ce n'est pas la première fois que le procès de M. Jémus est retardé. Me de Passillé soutient que la Couronne doit s'adapter.

Le procès criminel, qui doit durer environ 43 jours, devrait normalement se terminer en septembre, indique la Couronne, à moins d'autres revirements.

Les deux présumés complices de M. Jémus ont déjà plaidé coupables aux accusations de l'AMF et aux accusations criminelles déposées par la suite par la GRC. Ils ont reçu une peine d'une quarantaine de mois de pénitencier, en 2015.

M. Jémus, lui, s'expose à une peine maximale d'emprisonnement de 14 ans, s'il est déclaré coupable.

Avec les informations de Pascale-Marie Dufour

Plus d'articles

Commentaires