Retour

Retour des soirées karaoké dans quatre établissements de Gatineau

Exclusif - Radio-Canada a appris que quatre établissements ont reçu un permis de karaoké/spectacles à Gatineau depuis le 1er septembre. Des autorisations qui surviennent dans la foulée de la controverse survenue plus tôt cet automne, où certains tenanciers ont dû mettre un terme à leurs soirées car ils n'étaient pas conformes.

Un texte de Mireille Langlois

Nadyne Rompré, gérante du bar La Brass, dans le secteur Aylmer, est soulagée. Elle vient tout juste de recevoir son permis de la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ) qui l'autorise à organiser ses soirées spectacles et karaoké.

L'établissement organisait des soirées depuis plus de cinq ans et n'avait jamais eu de problèmes. Des policiers ont pourtant rencontré Mme Rompré à la fin du mois de mars, à la suite d'une plainte d'un autre tenancier.

La gérante devait faire une demande à la RACJ si elle souhaitait continuer. Il lui aura fallu six mois pour qu'elle obtienne son permis.

Trois restaurants de la région ont aussi obtenu leur autorisation pour organiser des soirées spectacles, selon la Régie des alcools, des courses et des jeux.

Il s'agit du East Side Mario's, situé sur le boulevard Saint-Joseph, du Boston Pizza sur la promenade du Portage et du restaurant La Belle et la Boeuf, sur le boulevard Maloney Ouest.

Demandes en traitement

Deux autres restaurants, les Rôtisseries St-Hubert des secteurs de Hull et de Buckingham, ont aussi effectué une demande auprès de la Ville de Gatineau pour l'ajout de spectacles de la part de la RACJ. Leur demande est encore en traitement.

Le permis d'alcool de base accordé aux bars et restaurants n'inclut pas la tenue de spectacles et de karaoké. Pour organiser ces événements, il faut demander un nouveau permis au coût supplémentaire de 426 $ par année.

Inspections policières

Les policiers ont mené neuf inspections de bars en deux semaines, en avril dernier, après avoir reçu une première plainte, selon laquelle certains tenanciers ne respectaient pas les conditions de leur permis d'alcool.

Certains établissements qui offraient des soirées karaoké ont dû y mettre fin, car ils n'étaient pas conformes.

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) confirme qu'aucune nouvelle plainte n'a été déposée depuis le mois de septembre, à la suite de la controverse.

Le porte-parole du SPVG, Jean-Paul Lemay, se défend d'avoir mené une guerre aux soirées karaoké, comme certains l'ont insinué.

Une pétition, mise en ligne par des auditeurs gatinois de l'émission de radio de Radio-Canada La soirée est encore jeune, avait même recueilli plus de 300 noms.

Nadyne Rompré évalue avoir perdu près de 50 000 $ avec toute cette histoire. Mais elle reste positive. « En rétrospective, on sort de là gagnant et c'est comme si on faisait un nouveau lancement au bar. »

Le karaoké reprendra samedi au bar La Brass.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?