Retour

Rockfest 2016 : les organisateurs dressent un bilan positif

La petite communauté de Montebello a accueilli 200 000 personnes, au cours de la longue fin de semaine, pour le Rockfest. Le festival s'est associé cette année avec des grosses pointures pour l'organisation de l'événement : soit le groupe Juste pour rire et la Tribu. Le bilan des organisateurs est positif et c'est maintenant le temps de l'opération nettoyage.

Avec cette onzième édition, le Rockfest dit avoir atteint une certaine maturité. « On apprend de tout ce qui se passe d'année en année et oui, effectivement, on devient de plus en plus professionnel », explique le porte-parole de l'événement, Mathieu Marcotte.

« Il faut se souvenir que le Rockfest, à la base, ce n'est pas organisé par une grande compagnie, ce n'est pas organisé par des gens qui travaillent dans le milieu du spectacle depuis des années, c'est organisé par Alex Martel, qui a fondé le festival à l'âge de 17 ans et qui avec les années, a appris son métier d'organisateur de festival », précise le porte-parole.

Plusieurs résidents de Montebello disent avoir vu une amélioration cette année, surtout en ce qui a trait à la gestion des déchets. « Je sais qu'il y a des véhicules qui passaient régulièrement, ce qui fait qu'il ne s'en accumulait pas au cours de la fin de semaine », ajoute un résident de Montebello, Joel Sauvé.

Les incidents majeurs ont été évités en 2016, selon les ambulanciers présents à l'évènement. « Je peux vous dire qu'on a eu beaucoup d'appels. On a eu plusieurs personnes qui sont venues faire évaluer plusieurs douleurs ou blessures mineures », soutient le directeur de la Coopérative des paramédics de l'Outaouais, Marc Paquette.

La nuit a cependant été achalandée. Certains intervenants en toxicomanie auraient aimé être plus nombreux. « On n'était pas assez nombreux, ça je peux vous le dire, je vous dirais peut-être en tout et partout sept à huit intervenants, mais quatre venaient directement de mon organisation », selon le directeur du Bureau régional action sida de l'Outaouais (BRAS), Sylvain Laflamme.

Si les festivaliers étaient si nombreux, c'est en partie en raison de la fête nationale. Pour une première fois, le Rockfest coïncidait avec le 24 juin, ce qui a agacé certains commerçants et hôteliers qui croient avoir perdu une occasion d'affaires. « C'est sûr que ça aurait été mieux pour nous deux bonnes fins de semaine, mais on prend ce qui passe », affirme le propriétaire du Bistro, Patrick Leblanc.

Les organisateurs ne savent toujours pas s'ils vont tenir l'événement un 24 juin à nouveau. « Ajouter le côté festif de la Saint-Jean, pour nous, ç'a été une soirée qui a été extrêmement positive. Est-ce qu'on le refera l'année prochaine? Il faudra voir », soutient le porte-parole du Rockfest, Mathieu Marcotte.

D'après le reportage de Claudine Richard, avec les photographies de Denis Babin

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine