Des dizaines de milliers de festivaliers sont attendus à Montebello pour le Rockfest. Les résidents de la municipalité ont mis la touche finale aux préparatifs, tandis que l'événement débute jeudi et se tient jusqu'à dimanche.

Pour une douzième année consécutive, la municipalité de la Petite-Nation vibrera au rythme des concerts rock.

D’année en année, le festival a grandi en popularité. L’an dernier, l’événement a accueilli près de 200 000 visiteurs, selon les organisateurs.

Tout le village de près de 1000 âmes met la main à la pâte pour accueillir les amateurs de musique rock.

Festivaliers et résidents ont tissé des liens au fil des ans, si bien que certains reviennent louer le même terrain de camping année après année.

« Ça fait trois ans qu’on vient dans le même camping. On a le parking, la douche, le barbecue et les toilettes. On est à deux minutes de l’entrée [du site] c’est top », a expliqué Thomas Cormier, qui participe à son cinquième Rockfest.

Jeff Estienne héberge des festivaliers sur son terrain. Une soixantaine de campeurs sont attendus.

« Le festival va être ici même si on ne participe pas. On est aussi bien de participer. C’est le fun, le monde est bien correct. C’est souvent le même monde qui revient. C’est agréable de le faire », a-t-il mentionné.

Organiser un Rockfest représente un défi logistique pour accueillir les nombreux festivaliers, mais aussi les commerces mobiles le long de la route principale.

Le maire de l’endroit, Luc Ménard explique que ce sont des mois de préparation pour s’assurer que les résidents, les commerçants et les festivaliers passent une bonne fin de semaine.

« Ça commence des mois d’avance au niveau de la réglementation, surtout quand on est obligé de changer des règlements, les modifier ou les améliorer », a fait savoir le premier magistrat. « On a aussi toute la question de la logistique au niveau de la sécurité, l’entente avec les services de police, les pompiers et les services de santé. »

Quant à la sécurité, la Sûreté du Québec sera très présente à Montebello, mais également sur l’autoroute 50 et la route 148, afin d’inciter les automobilistes à réduire leur vitesse.

D'après un reportage du journaliste Mathieu Gohier

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine