Retour

Rue Rideau: une à deux semaines avant un retour à la normale

Les citoyens d'Ottawa-Gatineau devront encore faire preuve de patience. La réouverture complète de la rue Rideau, qui a été le théâtre d'un important affaissement mercredi, ne se fera pas de sitôt.

Une à deux semaines seront nécessaires avant une réouverture complète de l'artère, a souligné le maire d'Ottawa, Jim Watson, en conférence de presse jeudi après-midi.

Les usagers de la route et du transport en commun devront donc encore composer avec des détours et des ralentissements au centre-ville dans les jours à venir.

Entre-temps, l'électricité et le service de gaz naturel ont été rétablis dans les commerces avoisinants. Le Château Laurier et l'hôtel Westin ont quant à eux rouvert leurs portes, en matinée jeudi, tout comme le Centre Rideau, bien qu'une dizaine de commerces y restent fermés.

Un avis préventif de faire bouillir l'eau a été publié, jeudi après-midi, pour certains commerces de la rue Rideau. L'aire de restauration du Centre Rideau a d'ailleurs fermé en raison de cet avis.

Par ailleurs, il est encore trop tôt pour connaître les causes de l'affaissement, précisent les autorités.

« Ça va prendre certainement quelques jours pour déterminer la cause du trou, ça pourrait prendre un minimum de deux mois », a souligné le maire Watson.

Secteur à risque?

La CBC a cependant obtenu une étude géotechnique effectuée au même endroit. On peut y lire que la roche mère est instable sur une distance de 37 mètres.

Une source familière avec le projet de train léger sur rails confirme que les experts savaient que la construction de la station Rideau allait exiger des précautions particulières.

Le flou qui entoure l'accident donne lieu à plusieurs hypothèses. Le professeur de géotechnique à l'Université d'Ottawa Jules-Ange Infante croit que la rupture d'une conduite d'aqueduc serait la source du problème.

« Des problèmes initiaux d'érosion auraient causé une petite cavité qui a causé la rupture. On parle de déformations, dues à l'excavation ou à d'autres phénomènes, qui ont causé du tassement dans le sol local », estime le professeur.

300 camions de béton

Les travaux se poursuivent pour colmater le gigantesque trou. L'équivalent de 300 camions remplis de béton a été déversé dans le cratère, soit 2700 mètres cubes de ciment.

Au cours de la nuit dernière, les travailleurs avaient commencé à remplir le trou, à y retirer l'eau et à stabiliser la zone.

L'énorme gouffre fait cinq mètres de profondeur, 28 mètres de largeur et 40 mètres de longueur.

Qui paiera la note?

En point de presse, Jim Watson a évoqué la possibilité que Rideau Transit Group (RTG), responsable de la construction du train léger, soit responsable de la facture. 

« Si c'est la faute de RTG, le contrat est vraiment clair, c'est la responsabilité de RTG de payer tous les frais comme le béton ou le temps supplémentaire », précise le maire.

Lorsque la cause sera identifiée, la Ville ou les entrepreneurs peuvent s'exposer à des réclamations ou des poursuites, selon Stéphane Émard-Chabot, avocat en droit municipal et ex-conseiller à la Ville d'Ottawa.

« Tout va pivoter sur la question de la cause pour savoir qui devra payer pour les pots cassés », souligne-t-il.

La nuisance ou encore la négligence pourrait être invoquée dans ce dossier afin d'obtenir des compensations, estime M. Émard-Chabot.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine