Retour

Saga du Chagall : le public pourrait ne jamais connaître la pénalité payée à Christie's

Le directeur du Musée des beaux-arts du Canada (MBAC), Marc Mayer, a pris publiquement la parole pour la première fois, mercredi, depuis que l'établissement a décidé d'annuler la mise aux enchères du tableau La tour Eiffel de Marc Chagall. Radio-Canada a également appris que le montant de la pénalité payée à la maison Christie's pourrait ne jamais être connu du public.

Un texte de Kevin Sweet, avec la collaboration de Valérie Lessard et Jean-Sébastien Marier

Les médias étaient convoqués pour couvrir l’avant-première de L’espace d’un instant, une exposition célébrant les 50 ans de la collection de photographies du Musée.

Mais la décision du conseil d’administration du MBAC de retirer la toile de Chagall du catalogue de la maison d'enchères Christie's et l'enjeu de la compensation financière inhérente que le Musée devra assumer a vite rattrapé M. Mayer.

C’était la première fois en plus d’une semaine que les journalistes étaient autorisés à rencontrer le directeur du MBAC, qui se retrouve actuellement au coeur de la tempête. M. Mayer ne s’était pas encore prononcé publiquement sur la décision de l’annulation de la vente, puisqu’il était à l’extérieur du pays.

Des réponses dans quelques jours, dit Mayer

Le service de relations publiques du Musée a tenté de restreindre les questions des journalistes à l'exposition L’espace d’un instant. Pressé de commenter la saga du Chagall malgré tout, M. Mayer s'est fait plutôt laconique.

« On va voir dans quelle situation on se trouve dans quelques jours et vous pourrez nous poser des questions à ce moment-là », a-t-il affirmé.

Le directeur du MBAC a défendu son laconisme en faisant valoir qu'en tant que « professionnel », il serait « irresponsable » de sa part de procéder autrement, puisqu'il n'y a « rien de nouveau à ajouter » dans ce dossier pour le moment.

La pénalité payée à Christie's gardée secrète?

En raison du retrait de La tour Eiffel de la vente de Christie's, le MBAC devra fort probablement payer une pénalité financière à la maison d'enchères.

Interrogée à savoir quand cette somme sera divulguée, l'agente principale des relations publiques et médiatiques du Musée, Josée-Britanie Mallet, a indiqué à Radio-Canada qu'il s'agit d'une information confidentielle.

« Les clauses particulières du contrat du Musée avec Christie's, y compris les dispositions relatives aux pénalités, contiennent des renseignements confidentiels qui, en vertu de la Loi sur l'accès à l'information, ne peuvent être communiqués », a-t-elle fait savoir par courriel.

Mercredi soir, le tableau était toujours présent sur le site Internet de Christie's.

Le NPD veut des explications

Le porte-parole du Nouveau Parti démocratique (NPD) en matière de culture et patrimoine, Pierre Nantel, somme M. Mayer de s'expliquer devant le Comité permanent du patrimoine canadien.

Il a présenté, mardi, une motion pour que le Comité invite les responsables du MBAC, de même que ceux de la Commission canadienne d'examen des exportations de biens culturels et du ministère du Patrimoine canadien, a une audience dans les 45 jours.

M. Nantel veut notamment que ces derniers justifient leurs décisions dans le dossier des toiles La tour Eiffel et Saint Jérôme entendant la trompette du Jugement dernier. Le député demande également que M. Mayer et les autres rendent des comptes quant aux « coûts en fonds publics de ces décisions ».

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un homme danse sur le toit de sa voiture





Rabais de la semaine