Retour

Saga du Chagall : un mécène payera pour le rapatriement de la toile

Les contribuables ne payeront pas pour le retour de La tour Eiffel de Marc Chagall à Ottawa, ont fait savoir d'une seule voix le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) et la maison d'enchères Christie's, jeudi matin. Un « généreux donateur » en épongera la note.

Un texte de Valérie Lessard

Le MBAC et Christie's en sont venus à « un commun accord », « après avoir revu les termes de leur contrat » au cours des derniers jours.

Le budget d'acquisition de l'institution ne sera donc affecté, puisque le Musée « ne sera pas touché par l'annulation de la vente », a renchéri par écrit l'agente principale des Relations publiques et médiatiques du Musée, Josée-Britanie Mallet.

Un mécène à la rescousse

Mme Mallet a également confirmé que c'est plutôt « un généreux donateur » qui en défrayera les coûts. Le mécène, qui souhaite demeurer anonyme, a toutefois « demandé à ce que les termes de cette entente demeurent confidentiels », a précisé la porte-parole du MBAC.

Bien que le Musée ait officialisé son intention de conserver la toile au pays le 26 avril dernier, le tableau apparaissait encore dans le catalogue en ligne de la maison d'enchères, en début de semaine. Une note mentionne maintenant que La tour Eiffel a bel et bien été retirée de la vente prévue à New York, le 15 mai prochain.

La prochaine étape s'avère le retour du tableau à Ottawa, ce à quoi le MBAC et Christie's « travaillent ensemble ».

Quant à savoir si la fameuse Tour Eiffel, au coeur d'une saga qui a fait couler beaucoup d'encre depuis quelques semaines, sera bientôt exposée à Ottawa, cela reste à voir.

« Une décision sur l’avenir du Chagall sera prise au moment opportun », a répondu Josée-Britanie Mallet.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine